Orchestre symphonique : une préparation minutieuse

 

La saison 2022-2023 a débuté au Théâtre C de Chicoutimi le 9 octobre avec la présentation d’un premier grand concert. Photo: Tom Core

Les amateurs de musique classique des quatre coins de la région auront la chance d’assister à une quinzaine de représentations entre les mois d’octobre et avril. Rien n’est laissé au hasard alors qu’une préparation minutieuse commence des mois auparavant

Afin de présenter un calendrier complet aux fervents de musique classique à la fin de l’été 2022, il a fallu tout près d’un an de travail aux membres de l’orchestre. En effet, c’est à l’automne 2021 qu’a débuté pour ceux-ci la préparation de la saison 2022-2023.

Le chef d’orchestre et directeur artistique de l’Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Jean-Michel Malouf, explique qu’il doit se concentrer sur la réflexion de concepts et le choix des différentes compositions qui seront jouées lors des concerts. Il doit parfois même « commander » des musiques à des compositeurs afin de pouvoir créer des pièces qui vont s’harmoniser avec les concepts choisis par l’équipe de direction.

Quant à l’arrivée de la nouvelle saison, le maestro indique que « c’est excitant de pouvoir être de retour tout le monde ensemble au complet ». Fait à noter, la saison dernière a vu l’orchestre être séparé en deux groupes : le groupe des instruments à cordes et celui des instruments à vent et les percussions. Jean-Michel Malouf ajoute aussi que ne plus avoir de restrictions est une sorte de libération et qu’il pourra enfin se concentrer uniquement sur la musique.

La difficulté d’être attrayant

L’an dernier, l’orchestre n’avait pas été en mesure d’offrir des concerts de « Découverte Musicale », des rendez-vous plus axés vers les familles et les jeunes de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui ont comme but d’initier ces derniers à la musique d’orchestre.

De plus, le public cible des concerts prépandémiques a vieilli et la capacité de celui-ci à assister aux représentations s’en est vue diminuée. Jean-Michel Malouf s’attend d’ailleurs à une possible baisse et à une année plus difficile. Toutefois la directrice générale de l’Orchestre Christine Boily « souhaite et espère vraiment que les gens seront tout de même au rendez-vous ».

À propos de Olivier Joly

Avatar photo
Olivier Joly est originaire de la ville de Pincourt, sur l’île Perrot, près de Montréal. Durant son parcours au secondaire, Olivier s’est impliqué dans un projet scolaire environnemental concernant un jardin communautaire. Comme tous les étudiants de sa cohorte, son secondaire a pris fin abruptement en raison de la pandémie. Cela lui a permis de bien se préparer pour son entrée au Cégep de Jonquière en tant qu’étudiant de journalisme, en ATM. C’est à l’âge de 16 ans qu’il quitte le nid familial pour venir s’installer à Jonquière. Monsieur Joly a plusieurs passions dans la vie : le hockey, la Formule 1, l’histoire et tout ce qui englobe la culture générale. Ses études en journalisme lui permettent d’approfondir celles-ci. Durant les deux derniers étés, Olivier a travaillé en tant qu’étudiant dans les parcs pour une ville près de chez lui. De plus, il se décrit lui-même comme une pomme : malgré les pépins, il croque dans la vie à pleines dents. Maintenant âgé de 19 ans, il souhaite incarner cette phrase et continuer d’évoluer.

À voir aussi

Exposition de Chantale Boulianne: l’art pour se reconstruire

Après avoir perdu un proche lors d’un brutal accident de la route, l’artiste Chantale Boulianne …