En cinq ans | L’événement mode a pris du Panache!

En 2014, Panache venait au monde à Saguenay. Cinq an plus tard, l’événement de mode d’envergure réserve un spectacle grandiose au public. Selon le directeur artistique des défilés et responsable du casting, Artur Gagnon, la célébration de leurs noces de bois gardera le public en haleine tout au long de l’édition qui se termine ce soir.

Le directeur artistique explique que l’événement a pris énormément d’envergure depuis sa première édition. «À notre première année, on remplissait une rangée de chaque côté de la scène. Depuis 2017, on en remplit trois pour accueillir environ 200 spectateurs de plus.» Selon lui, c’est le public qui rend l’événe-ment Panache si convoité.

Pour ce qui est des desi-gners, Artur Gagnon explique qu’ils ont la même ligne direc-trice depuis les tout débuts. «On avait commencé en force avec Marie Saint Pierre et Denis Gagnon dans les premières années, puis on poursuit cette tendance avec Markantoine et Hugo Boss pour notre cinquième année.»

Il explique que depuis sa mise sur pied, l’objectif de Panache est de promouvoir les designers québécois, tout en présentant des marques commerciales.

Contrairement aux années précédentes, l’équipe de Panache s’est réunie deux mois d’avance pour prati-quer l’édition 2018. Artur Gagnon explique que les mannequins sont préparés et plus que prêts à défiler. «Ça nous a permis de développer une belle chimie au sein de l’équipe», explique le manne-quin Anne-Marie Proulx qui défile pour Panache depuis cinq ans.

Depuis le départ, Panache sélectionne des mannequins de tailles très petite et petite. «On n’a pas le choix, comme les vêtements envoyés par les designers sont de ces tailles-là», explique le responsable du casting. Cependant, pour l’édition 2018, les organi-sateurs de l’événement ont pris la décision de s’associer avec l’agence de mannequins LUNA qui promeut la diversité corporelle en sélectionnant des mannequins de tailles très petite à très grande. «On veut montrer que n’importe qui peut porter la mode.»

Enfin, l’événement mode a également évolué sur le plan visuel. Pour la cinquième édition, la direction artistique a prévu des décors, de la musique, du style et une chorégraphie fidèles à chacun des 10 designers. «Ça ne sera pas des simples pas-pivots comme dans les premières années : ce sera grandiose», promet Artur Gagnon. 

À propos de Gabrielle Poulin

Gabrielle Poulin est originaire de Candiac, sur la Rive-Sud de Montréal. Elle a complété ses études secondaires au Collège Durocher Saint-Lambert, et a poursuivi son parcours scolaire au Cégep de Jonquière. Après ses études à Saguenay, elle aimerait étudier à l’Université de Sherbrooke pour compléter un certificat en relations internationales, puis un BAC en droit. Durant l’année scolaire de 2017 à 2018, Gabrielle a animé le show Flashback 80-90 à la radio communautaire de Jonquière CKAJ. Elle adore aborder des sujets qui touchent l’international, ainsi que ceux qui concernent le domaine de la santé et des sciences. Plus tard, Gabrielle aimerait être correspondante à l’international pour un média québécois. Elle aimerait aller chercher l’information en anglais, puis la livrer en français.

À voir aussi

District 31 : savoir tourner la page

C’est avec nostalgie et fierté que Jeff Boudreault et Maxime Villeneuve, deux Jeannois, ont fermé …