École Riverside | Initiation à la poésie

Le programme Poètes à l’école vise 100 écoles visitées cette année et il reste encore quelques places. (Poète sur la photo: Benjamin Hertwig) Photo: courtoisie

L’école Riverside de Jonquière participe au programme Poètes à l’école. Cette activité gratuite permettra aux élèves de rencontrer l’auteur Charles Sagalane et d’en apprendre plus sur cette forme de littérature.

Lancé à l’automne 2017, le programme Poètes à l’école permet aux enseignants partout au Canada d’organiser la visite d’un poète dans leur classe sans frais pour l’établissement. L’organisme Les Voix de la poésie s’occupe du programme avec l’aide financière du Conseil des arts du Canada.

L’École Riverside est la seule inscrite au programme au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Elle recevra la visite du poète de Saint-Gédéon au mois de janvier. Il viendra en classe pour travailler avec les élèves sur la poésie.

Pour l’enseignante de secondaire quatre et cinq à l’école Riverside, Marianne Larouche, l’activité est l’occasion de susciter l’intérêt de la poésie à ses élèves. «Elle leur permet d’explorer d’autres formes de littérature, explique-telle. De rencontrer des auteurs moins connus et québécois.»

Des activités de ce genre permettent aux élèves de l’école anglophone de s’intéresser aux auteurs québécois et à la littérature d’ici. «Ils lisent tous en anglais, sauf dans leurs cours de français», mentionne Mme Larouche.

Charles Sagalane a appris l’existence du programme récemment. Il a tout de suite sauté sur l’occasion, car il a déjà fait plusieurs activités avec des groupes scolaires. «La poésie est un raccourci pour exploiter les talents créatifs des élèves», affirme-t-il.

La créativité, c’est cet aspect que l’auteur souhaite développer chez les élèves. Ils n’ont besoin que d’un papier et d’un crayon pour l’exprimer. Il a déjà organisé de nombreux ateliers d’écriture dans des écoles primaires et secondaires et est emballé à l’idée de se lancer dans ce projet.

À propos de Ann-Sophie Gravel

Originaire de Saint-Georges, en Beauce, Ann-Sophie Gravel rêve de radio depuis son plus jeune âge. N’ayant pas eu de télévision câblée lorsqu’elle était jeune, un détail qu’elle se plaît à rappeler souvent à ses amis, Ann-Sophie a grandi en écoutant la radio de Radio-Canada tous les soirs plutôt que la télévision. Après une visite dans les studios de la société d’État ainsi qu’une visite en ATM, la jeune fille avait maintenant un but : venir étudier à Jonquière pour un jour, elle aussi, parler à la radio. Elle s’est toutefois ravisée après quelque temps pour finalement choisir le journalisme. Depuis, elle s’est découvert une passion pour l’écriture et l’actualité. Elle a coanimé une émission d’actualités à CKAJ, a écrit un texte pour le magazine AL13 et a travaillé un été en tant qu’agente de communication pour la Fédération de la relève agricole du Québec.

À voir aussi

District 31 : savoir tourner la page

C’est avec nostalgie et fierté que Jeff Boudreault et Maxime Villeneuve, deux Jeannois, ont fermé …