NCSM Champlain | Le taux de rétention est bas

225
0
Partagez :

Plus de 50 % des réservistes du NCSM Saguenay-Lac-Saint-Jean quittent ou son transférés dans une autre Division. Photo : Marc-William Gagné

Le taux de rétention du NCSM Champlain au SaguenayLac-Saint-Jean, l’une des  Divisions de la Réserve navale, a été d’environ 50 % en 2018, selon le commandant Mathieu Barette. Une journée portes ouvertes de l’unité a d’ailleurs eu lieu, samedi dernier, afin de faciliter le recrutement de la main-d’œuvre.

«L’année dernière, nous avons recruté  environ 20 jeunes et 12  d’entre eux ont quitté ou ont été transférés dans une autre Division», a affirmé le commandant, Mathieu Barette.

Plus de la moitié de l’équipe du NCSM Champlain dans la région est constituée d’étudiants.

«Ils sont seulement ici pendant leurs études. C’est aussi de plus en plus difficile d’être réserviste, c’est-à-dire, d’occuper un emploi civil et militaire en même temps», a déploré le capitaine de corvette.

Le commandant Barette s’est également dit déçu du fait que la journée portes ouvertes ait attiré davantage de familles que de jeunes adolescents.

Au total, seulement 70 personnes ont pris part à l’évènement.

Le responsable de l’équipe de visibilité du NSCM Champlain, André-Jean Turbide, a assuré que de jeunes réservistes de la réserve navale seront dorénavant mobilisés sur les réseaux sociaux, afin de faciliter le recrutement et le maintien de la main-d’œuvre.

La prochaine journée portes ouvertes du NCSM Champlain aura lieu en automne.

Une expérience enrichissante

L’un des réservistes du NCSM Champlain dans la région, Jonathan Tremblay, a participé au plus grand exercice maritime au monde, le Rim Of the Pacific(RIMPAC). L’évènement a eu lieu du 27 juin au 2 août 2018 dans les îles d’Hawaï et leurs environs.

Cet exercice vise à mettre à l’épreuve les compétences des militaires faisant partie de la Marine, de l’Armée et de l’Aviation royale canadienne.

«Nous avons promu le droit des femmes là-bas. Nous avons aussi offert des fournitures scolaires dans les écoles. Ça m’a apporté beaucoup d’expériences de vie et ça a enrichi ma culture générale», a confié le jeune homme de 20 ans, qui agissait en tant qu’opérateur d’équipement d’information de combat lors de l’exercice.

Partagez :