Une famille tissée serrée

520
0
Partagez :

 

Les athlètes font des activités en dehors des pratiques. De véritables amitiés se sont formées. (Photo Jasmine Jacques)

 

L’équipe de hockey intérieur du Lac-St-Louis compte une famille plongée dans le sport. Les parents sont les entraîneurs de cette équipe qui regroupe leurs deux enfants. L’équipe participe présentement aux Jeux d’hiver Olympiques spéciaux à Saguenay.

« C’est Larry qui a embarqué en premier et chaque fois qu’il m’en parlait, j’avais le goût moi aussi de me joindre à l’équipe et je l’ai finalement intégré. Après, ma sœur a suivi et nous voilà », a raconté avec un large sourire l’entraineur adjointe, Johanne Chevalier.

Dès la seconde où l’entraîneur-chef, Larry Winter, a fait la rencontre de cette clientèle, il a été charmé.

« Je ressens énormément de fierté à coacher mes enfants, lance-t-il d’une petite voix émue. Depuis qu’ils sont petits qu’on joue ensemble. Quand on a su que nos deux jeunes avaient une déficience intellectuelle légère, on avait des suivis. C’est en discutant avec d’autres parents qu’on a su que les Jeux Olympiques spéciaux existaient. Ça fait 30 ans que je suis impliqué. J’adore ça. Autrement dit, ce sont tous mes enfants », lance-t-il les yeux humides.

Winter souhaitait que son fils joue au hockey. Le hockey sur glace étant trop dangereux pour lui, ils ont opté pour celui intérieur. David Winter pratique ce sport dès ses 14 ans. Depuis, celui-ci s’épanouit pleinement avec son équipe et sa famille.

La seule et l’unique

Gymnastique et natation sont des sports qu’a déjà pratiqués Amélie Winter la cadette de la famille, lors des Jeux Olympiques spéciaux.

Cette dernière est la seule femme de l’équipe de hockey puisqu’il n’y a pas d’équipe féminine. Faire partie d’une équipe masculine n’a jamais empêché l’athlète de faire sa place, même qu’elle adore ça.

« C’est tellement le fun de jouer avec mon frère et les gars. L’esprit d’équipe est important dans la gang. On est tous là pour s’entraider, on se respecte et si on perd on est tous ensemble là-dedans », a-t-elle partagé à côté des terrains de l’École polyvalente Arvida qu’elle venait de fouler avec son équipe.

Implication

La mère de famille est fière d’être impliquée dans ce genre d’événement.

« Si tu savais comme c’est valorisant ! Je suis ici pendant cinq jours pour les Jeux et je sais quand je vais retourner au travail mardi, je vais avoir de la difficulté à redescendre, dit-elle en riant. On est fier d’être là. Le sentiment d’appartenance est très présent, on se sent bien », a-t-elle déclaré avec fierté.

Dès ses 9 ans, Amélie Winter faisait de la gymnastique et de la natation. (Photo Jasmine Jacques)

 

Partagez :