Pour pallier la pénurie de main-d’œuvre | Un premier salon de l’emploi voit le jour au Saguenay

275
0
Partagez :
Les divers partenaires du premier salon de l'emploi au Saguenay.

 

La région accueillera en grande première l’évènement Saguenay en emploi le 28 février grâce à l’implication de divers partenaires qui unissent leurs efforts pour répondre au besoin de main-d’œuvre.

Financée en majeure partie par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, une centaine d’offres d’emplois seront accessibles lors de cette journée qui aura lieu au Delta Saguenay. Ces offres auront été dénichées dans les semaines précédentes par une équipe mandatée à appeler toutes les entreprises de plus de cinq employés dans la région. Une cinquantaine d’entreprises du Saguenay œuvrant dans divers secteurs d’activités seront aussi sur place.

Selon la directrice régionale de Services Québec, Lison Réhaume, il y a de la place et de l’emploi au Saguenay—Lac-Saint-Jean. «Pour que les gens trouvent du travail, il faut s’assurer que l’information sur le marché du travail circule bien. Il faut que les gens sachent où sont les postes disponibles et quelles sont les qualifications demandées», a-t-elle soutenu lundi en conférence de presse.

Les chercheurs d’emploi de tous les âges pourront donc rencontrer de futurs employeurs, assister à des conférences et consulter un babillard d’emplois.

Selon la Ville de Saguenay, la collaboration de 18 acteurs socio-économiques, dont ceux du milieu de l’enseignement de Saguenay, du CIUSS et des organismes en employabilité, arrive à point afin d’assurer la pérennité du développement économique régional.

Le président d’honneur de la première édition de Saguenay en emploi et directeur général du Complexe Jonquière de Rio Tinto, Jean-François Nadeau, souhaite trouver des solutions innovantes aux problèmes de main-d’œuvre et cet évènement lui semble un bon point de départ. « Qui aurait pu prédire il y a dix ans à peine que nous serions aujourd’hui à avoir ce genre de problème dans la région? Jusqu’à tout récemment, Rio Tinto était un peu moins affecté par cet enjeu, mais voilà que nous commençons vraiment à le ressentir.»

Le président du Grand comité Avantages Saguenay et conseiller municipal du district #8, Simon-Olivier Côté, est aussi très heureux de voir que le milieu se mobilise pour répondre à cet enjeu. «Ce qui nous distingue dans ce salon-là, c’est que nous sommes un salon qui n’est pas seulement destiné à une clientèle cible. Nous sommes ouverts autant aux étudiants qu’aux autres chercheurs d’emploi», a-t-il ajouté.

Partagez :