Conférence du biologiste Claude Villeneuve | Saguenay en Neige fait place à l’environnement

208
0
Partagez :

Les humains sont 20 fois plus responsables des changements climatiques que n’importe quelle autre variante pour la même période de temps selon le biologiste et professeur à l’UQAC, Claude Villeneuve.

Il a profité de sa conférence dans le cadre de Saguenay en Neige, mercredi soir, pour faire réfléchir les gens par rapport à leur propre consommation avec des exemples bien précis. Il a d’ailleurs pris le temps de faire plusieurs expériences par lui-même ultérieurement afin de ne pas donner de mauvais conseils aux autres.

«Une bouteille d’eau équivaut à 100 grammes de CO2, il est donc possible de faire sa part et chaque petit geste compte lorsqu’on parle d’environnement», explique le biologiste. Celui-ci utilise d’ailleurs une voiture électrique et fait son propre composte afin de faire sa part des choses.

Il soutient que l’important est de connaître pour mieux comprendre. «Si tu veux des œufs, tu n’as pas besoin d’abattre la poule. Tu dois en prendre soin le plus possible pour qu’elle ponde, mais si tu ne le sais pas, tu vas continuer de le faire.»

La trentaine de personnes présentes lors de la conférence ont pu acquérir certaines connaissances par rapport au gaz à effet de serre, au réchauffement climatique et bien d’autres grâce à des graphiques vulgarisés par le professeur. L’objectif du conférencier était d’ailleurs de pouvoir expliquer, malgré la complexité du phénomène, le plus brièvement possible, le danger du réchauffement climatique.

Certaines données ont d’ailleurs fait réagir le public, choqué d’entendre une vérité difficile à avaler. « Au Canada, nous sommes tout juste derrière les plus grands consommateurs de gaz à effet de serre, les États-Unis», explique le conférencier.

Les organisateurs de Saguenay en Neige tenaient à ajouter un volet environnemental à l’évènement. «C’est un ajout que je jugeais indispensable cette année alors que l’environnement nous touche de plus en plus. Je voulais qu’il y ait un volet instructif d’ajouté au programme», indique notamment la directrice générale du festival, Christine Basque.

Partagez :