Grève pour l’environnement | Les étudiants de l’UQAC joignent le mouvement

211
0
Partagez :

Les étudiants de l’Université du Québec à Chicoutimi rejoignent le collectif La planète s’invite à l’Université, un mouvement de grève qui débutera le 15 mars dans le but de se mobiliser pour le climat. Pour sa part, l’Association générale des étudiantes et étudiants du Cégep de Jonquière (AGEECJ) a lancé, le 11 février, une consultation étudiante afin de savoir s’il y avait un intérêt à joindre le mouvement. 

«C’est important de montrer que ça nous concerne tous et que nous, les étudiants, aimerions que le gouvernement fasse quelque chose», mentionne la coordonnatrice aux affaires environnementales de l’AGEECJ, Julie Grégoire. 

L’initiative a été lancée le 16 janvier dernier, dans le café Anthropologie de l’Université de Montréal (UdeM), par un groupe d’étudiants issus de différents programmes d’études. La mobilisation était initialement centrée autour de l’institution d’enseignement, mais rapidement, d’autres étudiants ont manifesté leur désir de provoquer un changement dans leurs établissements respectifs.

À ce jour, l’Université du Québec à Montréal, l’École de technologie supérieur, l’Université Concordia, l’Université McGill, l’Université du Québec à Chicoutimi, l’Université Laval à Québec, le Collège de Montréal ainsi que les cégeps Montmorency, Lionel-Groulx et Saint-Laurent feront front commun le 15 mars.

Les étudiants demandent aux gouvernements d’établir un programme d’éducation à l’écologie et de sensibilisation à la crise climatique, qu’une loi climatique soit adoptée forçant l’atteinte des objectifs recommandées par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) pour limiter le réchauffement planétaire à 1,5 degrés Celsius et que les établissements d’éducation aient plus de transparence à propos de leurs investissements. Ils demandent également le retrait du financement dans les énergies fossiles et la tenue d’un bilan carbone institutionnel en vue de le réduire.

 

Partagez :