Services de garde | De nombreuses familles en attente

197
0
Partagez :

Le manque de places en CPE au Saguenay–Lac-Saint-Jean pousse certains parents à devoir rester plus longtemps en congé. Un problème pour plus de 30 000 familles du Québec, mentionne la porte-parole péquiste en matière de famille, Véronique Hivon, qui attendent présentement de trouver une place pour leur enfant. 

L’inscription de Véronique Lapointe à l’unique guichet d’accès aux places en services de garde reconnus du Québec, soit La Place 0-5, remonte au 7 juillet 2017. «Mon régime québécois d’assurance parental (RQAP) se termine le 2 mars et j’ai dû prendre mes quatre semaines de vacances à la suite de mon congé de maternité. Je recommencerai donc à travailler le 1 er avril, mais je ne sais toujours pas si je vais avoir une place en service de garde», mentionne-t-elle.

Carolyn Jomphe a inscrit son enfant en août 2017. À ce moment, elle venait tout juste d’apprendre qu’elle était enceinte. Maintenant un an et demi plus tard, la famille n’a toujours pas reçu d’appels et les parents doivent recommencer à travailler. «Présentement, mon amie me prête sa place dans un milieu familial, car elle en avait besoin seulement à partir de mars. J’avais trouvé une place dans une garderie, mais elle a fermé sans préavis il y a deux semaines», déplore-t-elle.

«Il y a beaucoup de facteurs qui influencent le temps d’attente, indique Alexandre Noël, relationniste du ministère de la Famille. Par exemple, si c’est un poupon ou un enfant un peu plus vieux, le temps varie tout dépendant des places offertes. Présentement, au Saguenay, il y un équilibre à 90% pour la demande et l’offre. En 2021, il y aurait même un surplus de places.»

Pénurie de main-d’oeuvre

En plus de faire face à de nombreuses fermetures à la suite du projet de loi 143 qui renforcera la sécurité et améliorera la qualité des services de garde, ces derniers sont actuellement touchés par une pénurie de main-d’œuvre.

«Le manque de subventions dans les garderies privées amène une énorme différence entre le salaire et les conditions d’autres services de garde subventionnés. C’est extrêmement difficile de recruter présentement pour tout le monde», indique la copropriétaire d’Exploratout, Karen Perron.

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a annoncé dernièrement la création de 2000 places subventionnées d’ici 2021.

Partagez :