mercredi , 5 octobre 2022

Inauguration de la Maison de soins palliatifs du Saguenay | «Un service essentiel» pour la région

Près d’un an après avoir amorcé ses activités, la Maison de soins palliatifs du Saguenay a été officiellement inaugurée, jeudi après-midi.

Pour l’occasion, la plupart des personnes ayant contribué à mettre sur pied le projet de construction de la Maison étaient présentes. Aux yeux de ces gens, il s’agit de la concrétisation d’un travail des plus colossaux, qui comble par le fait même un besoin notable dans la région.

«Étant donné le nombre de gens qui seront touchés par des maladies incurables au cours de leur vie, je crois que la Maison de soins palliatifs est un service essentiel pour une région comme la nôtre. On ne sait jamais quand on va devoir en bénéficier. Il est donc important de la supporter», a mentionné le président du comité des finances de la Maison, Richard Létourneau.

Des bénévoles «essentiels»

La Maison de soins palliatifs du Saguenay peut accueillir un nombre maximum de 12 résidents à la fois. (Photo: Pierrick Pichette)

Aux dires de l’organisation, les succès connus par la Maison depuis son ouverture sont dus au travail de plusieurs centaines de bénévoles veillant au bon déroulement des activités. Ceux-ci œuvrent à l’intérieur comme à l’extérieur de l’endroit en offrant une grande variété de services aux résidents en plus d’assurer la tenue de collectes de fonds.

«Chaque fois qu’un bénévole vient travailler avec nous, il reçoit une reconnaissance très grande de la part des bénéficiaires. Je pense que les gens ont compris que c’est une histoire de cœur qui leur permet de nourrir leur âme», a fait savoir la coordonnatrice des bénévoles de la Maison, Marlène-Denise Tremblay.

«Le vrai travail commence»

Par ailleurs, mener à bien les opérations d’un tel lieu nécessite des coûts de 1,6 M$ annuellement. De cette somme, 900 000 $ proviennent d’une subvention offerte par le gouvernement provincial. Les 700 000 $ dollars manquants doivent donc, année après année, être issus de dons de la communauté et d’activités de financement réalisées par l’équipe de la Maison. La longévité de l’endroit dépend ainsi grandement du support de la région.

Au cours des prochaines années, différentes activités pourraient se tenir dans la Maison, question d’exploiter convenablement chaque espace du bâtiment en plus de permettre un certain financement. (Photo: Pierrick Pichette)

«Maintenant, le vrai travail commence. Il faut faire connaître la Maison et lui donner cette âme qu’elle mérite. Il reste encore plusieurs défis de financement à relever, mais la beauté de tout ça, c’est qu’il s’agit d’un projet qui réunit tout le monde», a ajouté le député provincial dans Jonquière, Sylvain Gaudreault.

Née de la fusion entre le projet de la Maison Le Chêne et la Maison Notre-Dame, en 2015, la Maison de soins palliatifs du Saguenay a ouvert officiellement ses portes le 15 octobre 2018. L’administration a toutefois tenu à améliorer quelques aspects faisant défaut avant de procéder à l’inauguration officielle de l’endroit, presqu’un an plus tard.

À propos de Pierrick Pichette

Malgré son format mini, Pierrick est un jeune homme au coeur grand comme l'univers. Depuis maintenant 19 ans, il possède en lui une passion grandissante pour la communication sous toutes ses formes. Originaire de Louiseville en Mauricie, il a toujours adoré s’impliquer dans sa communauté. C'est lorsqu'il n'était qu'un enfant que Pierrick a commencé à chérir le rêve de faire carrière en journalisme ou dans un tout autre domaine connexe. Afin de se donner les moyens de ses ambitions parfois démesurées, il étudie l'art de la communication à Jonquière depuis 2017. De plus, durant la dernière période estivale, il a eu la chance d'oeuvrer comme journaliste au quotidien trifluvien Le Nouvelliste. Il va sans dire que Pierrick est motivé comme jamais en vue de sa toute dernière année de scolarité en sol jonquiérois.

À voir aussi

Défaite d’Émile Simard à Dubuc : un regard vers l’avenir

Malgré la défaite, le candidat du Parti québécois dans Dubuc Émile Simard a gardé le …