Le monde de la magie au Québec

La magie encore en développement au Québec. (Photo : SNAPePHOTO)

Même si la magie est en soi bien aimée de tous, elle reste encore peu populaire au Québec. Pour l’illusionniste, Luc Langevin, la magie au Québec reste encore peu développée.

« Ce n’est pas un milieu artistique aussi mature que le monde de l’humour ou le monde de la musique. C’est encore un art qui est méconnu. On n’a pas vraiment d’école de magie. Les jeunes magiciens ou magiciennes, qui veulent apprendre ça, ont peu de ressources. Ils sont souvent laissés à eux-mêmes », explique-t-il.

Pour les nouveaux magiciens, ce n’est pas toujours possible de gagner sa vie avec cet art. Pendant 15 ans, Ricardo Cruz faisait de la magie au Guatemala. Il en gagnait même sa vie pendant huit ans. Bien que ça fait deux ans qu’il vit au Québec, il aimerait pouvoir vivre de sa magie un jour puisque pour l’instant ce n’est pas possible.

Selon M. Langevin, la magie au Québec est beaucoup moins développée que dans d’autres pays comme en France, où les magiciens sont plus présents à la télévision et dans les théâtres. La magie est aussi plus populaire aux États-Unis et en Chine. Il explique que la magie y est beaucoup plus médiatisée que ce soit sur scène ou à l’écran.

Ce qui donnerait beaucoup de visibilité à cet art est la présence d’événements comme l’a fait la ville de Québec, cet été, en recevant le Championnat mondial de magie.

« Ce n’est pas une petite affaire, commente Luc Langevin, il y a des initiatives comme ça qui font que de plus en plus on va en voir au Québec. De plus en plus, les gens vont vouloir en consommer. »

Malgré le peu de ressources, M. Langevin conseille les jeunes magiciens de collaborer, d’apprendre et d’échanger avec d’autres magiciens. Il dit aussi « De rapidement se trouver une signature pour pouvoir faire sa marque. Puis éventuellement, se faire une place dans le monde culturel québécois. »

Vérités

Luc Langevin arrive avec son nouveau spectacle Vérités à Saguenay au Théâtre Banque National, le 12 novembre.

Il a réalisé son spectacle durant la pandémie. C’est en entendant souvent le mot vérité que ça lui a fait réaliser « à quel point la vérité c’est quelque chose qui est abstrait et qui est relatif. Je me suis rendu compte que la vérité n’est jamais vraie pour tout le monde ». Il a donc voulu le raconter dans son spectacle en traitant « le thème de la vérité de façon spectaculaire, de façon surprenante tout en émerveillant les gens ».

À propos de Sandrine Déry

Avatar photo
Sandrine Déry est une journaliste hors pair qui n’hésite pas à défendre les injustices. Tout comme les lions, son signe astrologique, elle aime prendre sa place et s’investir pleinement dans ce qu’elle fait. Native de Baie-Comeau, Sandrine commence ses études en Arts et lettres où elle fera une année complète avant de rentrer à l’École supérieure en Art et technologie des médias. Après une profonde indécision entre le journalisme et la radio, elle décide finalement de choisir le journalisme. Passionnée de la culture et des arts depuis qu’elle est toute petite, elle rêve de devenir une critique culturelle à la radio… et une actrice. Déjà à 20 ans, la jeune femme a complété un stage d’une journée sur le plateau de TVA Nouvelles. Demeurant désormais à Jonquière pour les études, Sandrine profite de toutes les opportunités qui s’ouvrent à elle pour mettre en avant sa créativité tout comme elle le fait en créant des personnages dans le jeu de simulation de vie, les Sims4.

À voir aussi

Exposition de Chantale Boulianne: l’art pour se reconstruire

Après avoir perdu un proche lors d’un brutal accident de la route, l’artiste Chantale Boulianne …