Festival de couleurs du Fjord I Un évènement rassembleur

Rencontrer les gens et s’inspirer de la beauté des décors d’automne du Bas-Saguenay, voilà ce qui pousse les artistes à revenir année après année participer au Festival des couleurs du Fjord qui se déroule cette fin de semaine à Rivière-Éternité, Saint-Félix-d’Otis, Petit-Saguenay et L’Anse-Saint-Jean.

 Pour l’artiste Gabrielle Dumont, qui habite à Québec et participe au symposium de Rivière-Éternité depuis cinq ans, c’est le moment idéal pour se faire connaitre. «Rivière-Éternité, c’est un coin où je ne vais pas beaucoup et il y a une partie de la clientèle qui est là. Donc j’aime bien y retourner. C’est vraiment pour élargir ma clientèle.» Elle ajoute que «participer à des symposiums comme ça, c’est ce qui me permet de vivre de mon art».

La peintre qui fait des œuvres à base de cire d’abeille et de pigment, soutient qu’à Rivière-Éternité, c’est spécial. «Les gens sont tellement gentils et accueillants. Habituellement c’est un de mes derniers dans la saison. Je l’appelle mon symposium Je pars en vacances parce que je sais que je vais avoir beaucoup de plaisir.»

Aller à la rencontre des gens

Les peintres originaires de la région Paul Cloutier et Gilles McLean, qui participent à ce rassemblement depuis près de 25 ans, croient quant à eux qu’il est très difficile de vivre de son art, voire même impossible. Les deux hommes âgés respectivement de 73 et 68 ans se présentent chaque année avant tout pour rencontrer les gens. «J’aime la dynamique de groupe. Je travaille toujours tout seul dans mon atelier ou à l’extérieur, donc c’est bon de voir d’autres personnes, de voir ce qu’elles font», souligne M. Cloutier.

«Je participe par amour pour l’art et par amour pour la région. C’est tellement invitant. D’une année à l’autre, tu as toujours hâte d’y retourner. Même que depuis ma retraite, je me suis acheté une maison à l’Anse-Saint-Jean», partage M. McLean.

À propos de Gabrielle Morissette

Gabrielle Morissette est une vraie native. Originaire de Chicoutimi-Nord et fière de l'être, la jeune saguenéenne n'a pas la langue dans sa poche. Elle a toujours été passionnée par les communications et tout ce qui les entoure. Elle a d'ailleurs fait ses débuts de journaliste en tant que rédactrice en chef du journal étudiant de son école secondaire. Son parcours en ATM est parsemé d'aller-retour entre le pavillon Joseph-Angers et les gymnases du cégep, car elle fait partie de l'équipe de volleyball. Son plus grand rêve? Gérer les communications pour une grande organisation sportive.

À voir aussi

District 31 : savoir tourner la page

C’est avec nostalgie et fierté que Jeff Boudreault et Maxime Villeneuve, deux Jeannois, ont fermé …