mercredi , 17 août 2022

Dany Lefrançois, nommé créateur de l’année

Dany Lefrançois faisant ses remerciements à la foule au Côté-Cour.
M. Lefrançois tenait à ce que son dévoilement se fasse au Côté-Cours, car l’endroit lui rappelait ses premier pas en théâtre. Photos: Félix Bouffard

Le comédien, marionnettiste et metteur en scène de Jonquière, Dany Lefrançois est nommé créateur de l’année 2019 au Saguenay-lac-Saint-Jean. «Quand j’ai reçu la nouvelle, je n’en revenais pas et je n’en reviens pas encore», a déclaré devant famille et amis celui qui est aussi cofondateur du théâtre de la Tortue noire.

C’est au Côté-Cour que le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et Culture Saguenay-Lac-Saint-Jean ont dévoilé l’identité du créateur de l’année. La soirée a été organisée en fonction des goûts du créateur, sélectionné par le jury du CALQ. «On voulait que l’événement soit à l’image de l’artiste, que ce soit sa soirée. C’est lui qui tenait à ce que ce soit au Côté-Cour et c’est aussi lui qui devait choisir les personnes invitées», explique la représentante des communications à Culture Saguenay-Lac-Saint-Jean, Marie-Luc Raby.

Les créateurs ou créatrices qui voulaient participer remplissaient un formulaire d’inscription. Un jury composé de membres administratifs du CALQ a ensuite sélectionné le candidat ou la candidate avec la plus belle fiche.

Le montant associé au prix a doublé cet année par rapport à l’an dernier, passant de 5 000 à 10 000$. «On a augmenté le montant, parce qu’au CALQ on a adopté l’objectif d’améliorer les conditions socio-économiques des écrivains et des artistes dans toutes les régions du Québec. C’est aussi un objectif qui est visé par la politique culturelle du gouvernement du Québec», développe le directeur du soutien à la diffusion et au rayonnement international au CALQ, André Racette, qui était de passage dans la région pour dévoiler le récipiendaire.

«Adolescent, quand je leur ai annoncé que je voulais être artiste, ils l’ont respecté tout de suite.»

Dany Lefrançois en a profité pour remercier tous ceux qui l’ont soutenu dans son parcours, comme ses parents. «Adolescent, quand je leur ai annoncé que je voulais être artiste, ils l’ont respecté tout de suite. ʺSi c’est ça que tu veux faire, on va t’appuyerʺ, m’avaient-ils dit à l’époque.»

L’art en région

Selon M. Lefrançois, faire de l’art en région, c’est plus difficile, surtout par rapport au regard des autres. «Il y a encore certains médias qui vont ridiculiser l’art de la marionnette et quand des élus municipaux vont soutenir l’art et la culture, ces médias vont ridiculiser leurs actions. J’espère qu’ils comprendront un jour la portée de leurs paroles», a-t-il avoué plus tard dans la soirée.

Il n’y a pas que dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean que M. Lefrançois est reconnu. Lui et sa troupe du Théâtre de la tortue noire vont d’ailleurs se produire à Paris pendant six semaines à partir du 6 février. Ils présenteront aux Français la pièce Ogre de Larry Tremblay avec sa marionnette géante de près de 15 pieds de long.

À propos de Félix Bouffard

Originaire de Saint-Raphaël en Chaudière-Appalaches, Félix Bouffard s'est intéressé très tôt dans sa vie aux médias et l'actualité. Après avoir fait son secondaire au Collège Dina-Bélanger, il s'est tout de suite dirigé vers Jonquière pour entrer dans le monde du journalisme. Passionné de politique et de débat, il ne dit jamais non à une discussion serrée. Il adore repenser notre monde, se remettre en question et trouver la vérité. Il adore les aventures improvisées en forêt ou en montagne. Que ce soit à pied ou en raquettes, la randonnée c'est son sport ! L'été dernier, Félix a travaillé comme superviseur et gestionnaire dans un organisme à but non lucratif montréalais appelé Un vélo une ville.

À voir aussi

District 31 : savoir tourner la page

C’est avec nostalgie et fierté que Jeff Boudreault et Maxime Villeneuve, deux Jeannois, ont fermé …