Nespresso recyclera ses capsules au Saguenay

222
0
Partagez :

Cela fait maintenant près de quatre ans que Nespresso a développé sa solution du sac vert. (Photo Pierrick Pichette)

Boire son café de façon écoresponsable est maintenant possible dans 14 municipalités du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Nespresso Canada vient tout juste d’y implanter sa solution du sac vert, rendant possible le recyclage de l’ensemble de ses capsules d’aluminium.

Une telle mesure représente un investissement de plus d’un million $ pour l’ensemble du Canada, assumé entièrement par la compagnie. Aux yeux de la mairesse de Saguenay, Josée Néron, il s’agit d’un grand pas en avant de la Ville en matière de développement durable.

«En adhérant à de tels programmes, nous contribuons à détourner les matières recyclables de l’enfouissement. Prendre un café étant une tâche quotidienne, nous réduisons, par le fait même, l’empreinte écologique de toute la région», a mentionné la mairesse.

«C’est un travail collaboratif se basant véritablement sur l’économie circulaire. Sont à la table Rio Tito et son aluminium, les centres de tri, les consommateurs, les organisations non gouvernementales souhaitant s’assurer du bien-fondé de nos déclarations ainsi que nos équipes qui travaillent autour», a expliqué le président de Nespresso Canada, Jean-Luc Valleix. Il se dit d’ailleurs très fier d’avoir implanté cette mesure au Québec, «pays de naissance de Nespresso Canada».

Chaque sac vert déposé par un citoyen dans son bac roulant sera dirigé vers un centre de tri, où les employés enverront le marc de café au compostage et recycleront l’aluminium et le sac. Pour l’instant, les sacs verts se composent de plastique, mais l’entreprise tentera de les faire à l’aide de matières recyclables.

Un objectif provincial

Avec l’adhésion de ces 14 municipalités, ce sont maintenant plus de 420 villes et villages québécois qui recyclent ces capsules. Un chiffre impressionnant, mais insuffisant selon la ministre des Affaires municipales et responsable du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Andrée Laforest.

«C’est un très bon chiffre, mais ça signifie qu’encore 619 municipalités québécoises n’y ont pas adhéré. Je me ferai un devoir de passer le message à ces autres endroits, comme la ville de Québec», a-t-elle fait savoir.

Par ailleurs, Nespresso collabore depuis maintenant près d’un an avec Rio Tinto pour la fabrication de ses capsules. Elle devenait du même coup la toute première entreprise à utiliser l’aluminium certifié Aluminium Stewardship Initiative du géant saguenéen.

«Nous sommes extrêmement fiers que Nespresso ait choisi notre aluminium, reconnaissant ainsi l’expertise du Québec et le savoir-faire saguenéen», a souligné la directrice générale Développement de projets, Énergie et Changements climatiques chez Rio Tinto, Catherine Munger.

Partagez :