Intelligence artificielle | Partenariat entre le Cégep de Rimouski et Optania

235
0
Partagez :

Le Cégep de Rimouski sera le premier établissement de la province à implanter l’assistant virtuel Ali, développé par l’entreprise régionale Optania.

Louis-Raphaël Tremblay, PDG de l’entreprise saguenéenne Optania, était de passage à l’UQAC, mardi dernier. Photo : Olivier Savard

Ali, tout comme l’est déjà VIGO, qui est destiné aux élèves du primaire et du secondaire, est un «robot» avec qui les étudiants pourront communiquer, que ce soit pour recevoir des conseils, du support ou des encouragements.

Les deux logiciels, lancés par Optania, sont des assistants virtuels scolaires, qui font un suivi personnalisé avec chaque élève ou étudiant. Les robots peuvent également guider les étudiants vers les ressources appropriées en cas de problème, que ce soit pour de l’intimidation, de l’anxiété face aux notes, etc.

Ali, qui fait suite à l’assistant VIGO, implanté dans sept commissions scolaires dont la CS Rives-du-Saguenay, fera ainsi ses débuts à Rimouski en février prochain. L’assistant, qui vise les étudiants au niveau collégial et universitaire, est basé sur le principe d’intelligence artificielle bienveillante, et agit comme intermédiaire entre l’utilisateur et l’intervenant.

Optania a l’objectif de convaincre d’autres cégeps d’implanter le système d’ici un an ou deux, selon le PDG Louis-Raphaël Tremblay. «On va commencer avec le cégep de Rimouski en février, mais on vise huit à dix cégeps pour l’année prochaine», affirme-t-il.

Du développement à l’implantation en deux ans

Le logiciel, qui comporte des aspects «plus poussés» que ceux de VIGO, comme la reconnaissance de texte, est en développement depuis 2018. «On a commencé Ali plus tard, soit depuis le début de l’année dernière, mais la base entre Ali et VIGO est la même», explique-t-il.

Les deux logiciels diffèrent surtout dans leur approche dépendamment du contexte et dans la façon dont ils peuvent être utilisés, selon M. Tremblay. «Il y a vraiment la compréhension du contexte qui est faite avec Ali, tout est basé là-dessus.»

Partagez :