Sunwing suspend les vols à partir de Bagotville

200
0
Partagez :

La propriétaire de Voyages Carpe Diem, Karen Tremblay, affirme que tous ses agents fonctionnent maintenant en télétravail. (Photo: courtoisie)

La compagnie de vols Sunwing a mis sur pause tous ses vols en direction du Sud, à partir de l’aéroport de Bagotville à Saguenay et ce, au moins jusqu’en février. Un autre coup dur pour les agences de voyages en temps de pandémie.

Depuis mars dernier, il a été plus difficile pour les agences de voyages de trouver des revenus. L’annonce récente de Sunwing s’ajoute aux difficultés des diverses agences du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Septembre à novembre est une grosse période pour Voyages Carpe Diem, explique la propriétaire Karen Tremblay. Malheureusement, cette période se voit amputée en raison de la décision de Sunwing, forcée par la pandémie. Toutefois, ce n’est pas une surprise pour l’agence. « La prudence est de mise, et on s’y attendait », relate Mme Tremblay. Elle explique que tant que la quarantaine de deux semaines est encore en vigueur, beaucoup moins de gens seront enclins à partir en voyage. « Ce n’est pas tout le monde qui peut prendre trois semaines de vacances pour la quarantaine », exprime la propriétaire.

Du côté de l’agence Voyages Éric Bélanger, le propriétaire va dans le même sens. « C’est la quarantaine qui empêche le monde de voyager », rapporte M. Bélanger. Les deux agents sont unanimes, la meilleure façon de permettre aux gens de s’envoler vers le Sud serait de lever la quarantaine obligatoire. L’arrivée d’un vaccin serait aussi une solution très attendue selon la copropriétaire de Voyages Nouvelle Escale, Ginette Côté.

Alors que la deuxième vague de la pandémie est en cours, les agences sont inquiètes, car la suspension des vols pourrait possiblement durer toute la saison hivernale, déclare Karen Tremblay. Sa compagnie, Voyages Carpe Diem, a pu bénéficier d’une subvention fédérale pour pallier le manque de revenus depuis le début de la pandémie. Toutefois, cet argent n’est que prêté et l’agence devait commencer à le rembourser depuis le mois de septembre. L’arrêt des vols vers les destinations du Sud ne facilite pas la tâche aux agences de voyages. Dans le cas de Voyages Éric Bélanger, le propriétaire n’a pas reçu de subventions, et doit ainsi débourser de sa poche les dépenses de son entreprise.

« C’est désolant. Qu’est-ce qu’il y a à dire de plus? », souligne M. Bélanger. Il aborde toutefois le « rapid diagnostic tests », une solution qui pourrait permettre aux gens de voyager sans quarantaine. Ce type de test permettrait d’obtenir un résultat au dépistage de la COVID-19 dans l’espace d’une trentaine de minutes.

Il n’a pas été possible de parler à un porte-parole de Sunwing pour avoir plus de détails sur cette décision.

Partagez :