Félix Auger-Alisssime et A3 Surfaces : un duo rempli de succès

Récemment vainqueur de trois tournois consécutifs de l’Association of Tennis Professionals (ATP), la 6e raquette mondiale, Félix Auger-Aliassime, fait présentement rayonner A3 Surfaces, dont il est actionnaire et porte-parole, à l’international. L’entreprise saguenéenne voit en effet son logo briller partout où va l’athlète. 

A3 Surfaces est une entreprise qui se spécialise dans la production d’aluminium antibactérien depuis 2015. Le but de celle-ci est de limiter et d’éliminer les risques de maladies bactériennes ou virales, grâce à son traitement autodésinfectant. Comme l’explique le vice-président du département de santé et médical d’A3 Surfaces, le Dr Guy Leblanc, « admettons que quelqu’un qui a l’influenza touche une surface dans le métro, les bactéries seraient détruites avant que la prochaine personne touche à cette même surface ». 

Le partenariat a débuté en 2021, alors que l’agent d’Auger-Aliassime, Bernard Duchesneau, a contacté l’entreprise. Situé au 21e rang mondial à ce moment-là, le but des deux clans était d’évoluer mutuellement en route vers le premier rang mondial dans leur domaine respectif, jusqu’en mars 2023, date de fin de l’entente actuelle. 

L’entreprise et Félix Auger-Aliassime ont débuté leur parcours professionnel en 2015 et continuent d’évoluer depuis.

Selon le professeur en économie de l’Université de Québec à Chicoutimi (UQAC), Rémi Morin-Chassé, la littérature démontre qu’un partenariat entre une entreprise et une personnalité publique cause la majeure partie du temps une augmentation en termes de ventes de l’entreprise elle-même, mais aussi comparativement à celles de ses compétiteurs. M. Morin-Chassé rappelle toutefois qu’il est important dans ce type d’entente que l’entreprise livre la marchandise et que l’athlète préserve son image. 

Félix, visibilité de l’entreprise au niveau mondial 

Comme l’indiquent la directrice générale d’A3 Surfaces, Myriam Auclair-Gilbert, ainsi que le Dr Leblanc, Félix Auger-Aliassime a un impact sur les partenaires. Non seulement est-il une porte d’entrée à la discussion avec ceux-ci, l’athlète est aussi d’une aide au niveau gouvernemental et financier. 

Toujours selon M. Leblanc, le fait que l’athlète originaire de Montréal veuille s’associer avec la compagnie apporte une touche de sérieux et de crédibilité supplémentaire à A3 Surfaces. Sur les ondes de KYK au Retour de Courchesne, le 31 octobre, Félix Auger-Aliassime s’était d’ailleurs dit « très fier d’être associé à eux, une compagnie de chez nous qui pourrait devenir une multinationale dans le futur ». 

Un marché hors d’atteinte 

Par rapport justement à la visibilité internationale de l’entreprise, le produit n’est toujours pas règlementé par l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada et par la U.S. Environmental Protection Agency (EPA). Cela oblige l’entreprise à ne vendre que sur le marché européen et sud-américain. Pour le Dr Guy Leblanc, des répercussions seront visibles lorsque le marché nord-américain, qui connait bien l’athlète, sera accessible pour A3 Surfaces. 

À propos de Olivier Joly

Avatar photo
Olivier Joly est originaire de la ville de Pincourt, sur l’île Perrot, près de Montréal. Durant son parcours au secondaire, Olivier s’est impliqué dans un projet scolaire environnemental concernant un jardin communautaire. Comme tous les étudiants de sa cohorte, son secondaire a pris fin abruptement en raison de la pandémie. Cela lui a permis de bien se préparer pour son entrée au Cégep de Jonquière en tant qu’étudiant de journalisme, en ATM. C’est à l’âge de 16 ans qu’il quitte le nid familial pour venir s’installer à Jonquière. Monsieur Joly a plusieurs passions dans la vie : le hockey, la Formule 1, l’histoire et tout ce qui englobe la culture générale. Ses études en journalisme lui permettent d’approfondir celles-ci. Durant les deux derniers étés, Olivier a travaillé en tant qu’étudiant dans les parcs pour une ville près de chez lui. De plus, il se décrit lui-même comme une pomme : malgré les pépins, il croque dans la vie à pleines dents. Maintenant âgé de 19 ans, il souhaite incarner cette phrase et continuer d’évoluer.

À voir aussi

Fin de semaine de prévention pour les motoneigistes

  Luc Tardif du SPS accompagné de la sergente  Nathalie Girard de la SQ. (Photos …