COVID : des salons de coiffure en difficulté

236
0
Partagez :

Le port du masque et la désinfection des instruments sont obligatoires dans les salons. (Photo: Manuel Cardenas)

Plusieurs propriétaires de salons de coiffure de la région remarquent une baisse importante de clientèle depuis quelques semaines. Selon eux, la croissance de cas de COVID au Saguenay-Lac-Saint-Jean serait la raison principale du phénomène.  

« Une de nos employées qui coiffait surtout des personnes âgées a perdu au moins 70 % de sa clientèle », informe la propriétaire du salon Têtes 2000 à Alma.  

« Ces dernières semainesje dirais qu’on a perdu au moins 50% de nos clients », lance pour sa part Jasmin Bouchard, propriétaire du salon Scoop Coiffure à Jonquière.  

Selon Rachelle Boivin, propriétaire du Salon L’En-Tête Coiffure à Chicoutimi, le sentiment d’insécurité relié à la pandémie expliquerait le problème observé dans les salons.  

« Déjà depuis le début de la pandémie, c’est sûr que l’on prend moins de monde car on n’a pas le droit d’en avoir trop, mais depuis deux semaines, on a eu beaucoup plus d’annulations car il y a beaucoup plus de cas de COVID et les gens en ont peur », explique Mme Boivin.  

Les propriétaires des salons Scoop Coiffure et Têtes 2000 pensent aussi qu’une raison qui expliquerait cette baisse est l’annulation des événements festifs dans les mois qui viennent. Les deux ont d’ailleurs mentionné que normalement la période la plus achalandée pour les coiffeurs est justement les mois de novembre et de décembre.  

« Il n’y a plus de partys de bureaux ni de partys de Noël donc les gens ne pensent pas vraiment à aller se faire arranger les cheveux », affirme Jasmin Bouchard.  

Même si cette situation semble inquiétante pour les entreprises, les propriétaires cités ont spécifié qu’ils ne craignaient pas une fermeture de leur commerce et qu’ils allaient probablement s’en sortir. Ils pensent aussi que leur clientèle va revenir en grand nombre une fois la crise sanitaire terminée.  

Malgré ce sentiment de confiance, certains propriétaires pensent qu’une petite partie de clients risquent de diminuer leurs rendez-vous dans le futur.   

« On a vu pendant le confinement que les blondes ou les mères se sont improvisées coiffeuses et ont coupé les cheveux des gars avec leurs rasoirs. C’est sûr qu’il y en a quelques-uns qui vont garder cette habitude pour sauver des sous », conclut M. Bouchard. 

Partagez :