Budget 2021 adopté à Saguenay : hausse de 1,9% du compte de taxes

« Nous avons tout mis en œuvre pour aider les citoyens, le milieu des affaires et les organismes communautaires et culturels de Saguenay. » -Josée Néron Photo: Stéphane Bégin

Le budget 2021 présenté par la mairesse de Saguenay, Josée Néron et le président de la Commission des finances, Michel Potvin a été adopté par les élus du conseil municipal. Seul Marc Pettersen s’y est opposéconsidérant qu’il y a du ménage à faire dans la haute fonction publique. 

La mairesse Josée Néron était fière de présenter le budget 2021 jeudi matin. « Nul besoin de vous décrire l’année exceptionnelle que nous venons de passer. Pourtant, malgré toutes les embûches de 2020, nous aurons réussi à respecter la capacité de payer des citoyens actuels et futurs de la Ville de Saguenay », a exprimé MmeNéron.  

Cependant, ce n’était pas tous les élus qui étaient en accord. Marc Pettersen a souligné le manque d’efforts qu’il y a eu l’an passé dans le budget des cols blancs. Selon lui, le problème est encore là et ce sont les cols bleus qui en paient le prix. « Je suis solidaire envers les gens qui donnent des services directement aux citoyens. Le conseil qui sera élu en 2021 devra faire un grand ménage dans les hautes sphères de la fonction publique », a dit M. Pettersen.  

Michel Potvin est intervenu en disant qu’il est conscient qu’il y a des changements à faire, mais qu’il y a eu des améliorations dans le budget. « Ce n’est pas parfait, mais on est partis de loin », a-t-il fait valoir. 

Budget 

Parmi les faits saillants, le budget 2021 est équilibré et est d’un montant de 365,5 millions $, ce qui représente une augmentation de 5,8 millions $ quant à l’an passé. Aussi, il y aura une augmentation du compte de taxes de 1,9%, donc 54$ pour une maison moyenne de 204 281$. 

Pour sa part, le taux de taxation commercial est uniforme pour toute la Ville avec une augmentation de 1,9%, ce qui donne 3,23$ par 100$ d’évaluation. 

Comme depuis les trois dernières années, le secteur industriel ne subit pas de changement, il reste à 4,04$ par 100$ d’évaluation. « Il s’agit d’un des montants les plus hauts de la province, il faudrait le baisser, mais on n’a pas les moyens », a informé M. Potvin. 

Plan d’investissement 

Quant au plan d’investissement pour 2021 il totalise 71,1 millions $« J’ai l’intention d’être celle qui favorisera la relance économique cette année et au cours des nombreuses années à venir. L’an prochain je souhaite voir des grues dans le ciel de Saguenay », a souligné MmeNéron. 

Un investissement de 10,6 millions $ va être investi dans les infrastructures souterraines, puisque la Ville a un retard dans ce domaine. Aussi, le réseau routier se voit octroyer un montant de 29,4 millions $, principalement pour des travaux d’asphaltage.  

La place Nikitoutagan (phase 1), la démolition de l’église Saint-Joachim, la Pulperie de Chicoutimi, l’amélioration des pistes cyclables et l’ajout de traverses piétonnes font, entre autres, partie des projets du plan triennal.  

Endettement 

En date du 31 décembre 2020, l’endettement aura augmenté de 100 millions $, totalisant 521 millions $. Sur ce montant, 143,3 millions $ ont servi pour l’entretien, la mise à niveau et la rénovation des infrastructures déjà en place. « Ce n’est pas de la mauvaise dette, mais c’est ce que la Ville devait faire pour être au rendez-vous quant aux attentes de sa population », a justifié la mairesse. Les projets du soccer dôme, de l’aéroport de Bagotville et de la bibliothèque à La Baie ont également eu un impact sur le montant.   

À propos de Sara Brosseau

Originaire de Montréal-Nord, Sara Brosseau est très discrète et travaillante. Elle est âgée de 25 ans (c’est en commençant sa technique qu’elle s’est rendu compte qu’apparemment elle est vieille!). Après le secondaire, elle s’est dirigée vers les sciences humaines, pour ensuite aller à l’Université de Montréal en psychologie. Une remise en question l’a poussée à quitter son bac après un an et demi. Deux ans après avoir arrêté ses études, elle écoute l’émission Première fois de Véronique Cloutier et trouve que le métier de recherchiste semble intéressant. Elle décide de retourner sur les bancs d’école. Sara fait ses recherches, découvre ATM et décide de se lancer dans cette nouvelle aventure. Il s’agit d’un défi assez grand pour elle, qui est plutôt timide, mais elle veut mettre à profit ses expériences pour faire évoluer cette facette de sa personnalité. Son grand sourire et sa facilité à rire sont contagieux pour ceux qui l’entourent.

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …