mercredi , 17 août 2022

Les paramédics et les CPE dénoncent le manque de soutien du gouvernement

Les travailleuses des CPE et les paramédics de la région, qui n’ont pas accès à des congés payés lorsqu’ils sont en attente de résultats de tests de COVID-19, ou en isolement, dénoncent le manque de soutien financier du gouvernent Legault. Selon les représentants syndicaux de la CSN, c’est inacceptable.

Pour les employées des CPE, les seuls congés payés sont ceux qui sont ordonnés par la Santé publique. Autrement, celles qui doivent s’isoler de façon préventive, ou en attendant un test, doivent puiser dans leur banque de congés maladie ou de vacances.

« On veut discuter avec les élus de la CAQ, mais à présent, personne ne veut nous parler. Nous avons même eu un refus total de la part de la ministre Andrée Laforest, a affirmé lors d’une conférence de presse vendredi matin la présidente du Syndicat des travailleuses des centres de la petite enfance du Saguenay–Lac-Saint-Jean FSSS-CSN, Nathalie Duperré. On vit une injustice. »

Du côté des services ambulanciers Ambulance Chicoutimi, tous les congés liés à la COVID-19 ne sont pas financés. De plus, Ambulance Médilac et Ambulance Médinord ont annoncé hier qu’ils arrêtaient de payer leurs employés en attente de résultats et en isolement préventif.

Pour le président du Syndicat des paramédics Saguenay-Lac-St-Jean-Nord FSSS-CSN, Jean-Daniel Tremblay, il est grand temps que cela change. Il dit avoir martelé le message au gouvernement, au CIUSSS et aux compagnies privées, mais tous lui font la sourde oreille : « Je suis déçu de devoir en venir là, de dénoncer devant les médias. C’est inconcevable ce que l’on vit. Nous sommes au front et nous sommes complètement oubliés ». Il déclare l’iniquité du premier ministre, puisqu’il a inclus les paramédics de la fonction publique dans son décret de congés COVID-19.

Selon ces représentants syndicaux, lorsqu’un employé doit choisir entre rester à la maison ou rentrer au travail pour gagner sa vie, il peut mettre tout le monde à risque de contracter le virus.

Pas juste les congés

 Mme Duperré a profité de l’occasion pour signaler l’attitude de la Santé publique face aux cas de COVID-19 dans les garderies. « On ne veut pas seulement que ce soit l’enfant qui a contracté le virus qui soit retiré, mais aussi toute la fratrie. On se sent à risque. »

Le 7 décembre, des paramédics et des travailleuses de CPE iront manifester en petits groupes devant les bureaux des députés caquistes de la région. Toutefois, ils espèrent à des réponses positives à leurs demandes d’ici là.

Photo : Béatrice Rooney
Les représentants FSSS-CSN : Jean-Daniel Tremblay, Nathalie Duperré, Guillaume Wilson-Patry et Manon Tremblay.

À propos de Béatrice Rooney

Petite et touchante, Béatrice est une jeune femme dynamique originaire de la plus belle région du Québec : la Gaspésie, ce qui lui donne un bel accent charmeur. Inscrite à la dernière minute en ATM, son but de devenir kinésiologue a rapidement changé pour celui de devenir journaliste sportive. Aujourd’hui, elle est intéressée par toutes les sphères du monde du journalisme. Elle adore rencontrer de nouvelles personnes, les faits insolites ainsi que les reportages un peu plus émotifs. Vaillante et déterminée, elle ne recule devant rien. Béatrice aimerait un jour pouvoir pratiquer son métier dans les régions de l’est de la province.

À voir aussi

Le bracelet antirapprochement attendu impatiemment

Alors que les 16 premiers bracelets antirapprochements seront utilisés à Québec dans les cas de …