Marché immobilier : un record historique des ventes

207
0
Partagez :

De juillet à septembre 2020, les ventes résidentielles dans la région métropolitaine de recensement de Saguenay ont connu un bond de 52 % par rapport à la même période l’an dernier, selon les plus récentes statistiques de la Chambre immobilière du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Il s’agit d’un record historique pour cette période de l’année.

Les courtiers immobiliers ont connu un été chargé avec une hausse marquée des transactions immobilières. « On a eu une augmentation de 36 % en juin, 51 % en juillet, 48 % en août et de 60 % en septembre », souligne le courtier immobilier de chez Via capitale Jean-Pierre-Dionne

Le prix médian des maisons unifamiliales a augmenté de 11 % en un an alors que la moitié des maisons se sont vendues à plus de 199 000 $. Il s’agit d’un sommet, tous trimestres confondus et signifie aussi la plus forte croissance de prix enregistrée depuis 2010.

Par ailleurs, au troisième trimestre, les délais de ventes ont diminué par rapport à l’année dernière. Alors que les délais pour vendre une maison unifamiliale étaient de 128 jours, ils sont désormais de 102 jours.

Plusieurs personnes ont vu leur maison se vendre en des temps records ces derniers mois. Photo : Raphaël Boucher

Katia Blackburn, une résidente de Saguenay, vient tout juste de s’acheter une maison. « Au départ, nous voulions acheter une autre maison, mais elle s’est vendue très rapidement. Alors, quand on est tombé sur celle que nous venons d’acheter, on n’a pas perdu de temps et on s’est dit qu’on devait procéder », a-t-elle expliqué.

Sur le plan géographique, La Baie et Chicoutimi-Nord sont des secteurs où les ventes ont presque doublé comparativement au troisième trimestre de 2019.

Changement de mentalité

 Au cours de l’année, les foyers pour personnes âgées ont connu des moments très difficiles, ce qui a remis en question plusieurs familles concernant le futur pour leurs parents. « Il y a des gens qui au départ pensaient aller dans un foyer pour personnes âgées, mais qui n’iront finalement pas », affirme le courtier de chez Via capitale.

Avec la pandémie, le télétravail a changé le marché ainsi que la demande immobilière. « Il y a eu un changement, les gens pensent différemment, ils désirent un certain confort alors on s’est mis à vendre beaucoup de maisons en villégiature et de chalets », explique Jean-Pierre-Dionne.

« La pandémie de la COVID-19 a chamboulé l’économie et c’est aussi ce qui explique pourquoi les taux d’intérêt pour acheter une maison sont aussi bas », conclut-il.

Partagez :