Josée Néron rencontrera Sonia Côté

198
0
Partagez :

 

 

L’emprunt de 6 millions de dollars pour financer les travaux sur le pont Saint-Anne a fait beaucoup parler durant la séance du conseil de ville lundi soir.

Josée Néron a accepté de rencontrer la coordonnatrice de Loge m’entraide Sonia Côté pour discuter des problèmes de financement du projet de coopérative d’habitation La Solidarité. 

 Lors de la séance du conseil municipal, lundi soir, Jean-Marc Crevier a souligné qu’il était très important de rencontrer Mme Côté pour discuter de cette initiative. Le conseiller avait d’ailleurs fait part publiquement de son soutien pour cette cause cette fin de semaine. 

« Ça fait sept ans qu’ils travaillent sur leur dossier, ils ont réussi à amasser 232 000 $. C’est 375 personnes qui ont contribué à ce montant à l’aide de dons privés, ce n’est pas rien. Ils sont plusieurs à croire à ce projet », exprimé le conseiller du district #6.  

Josée Néron a mentionné qu’elle rencontrera la coordonnatrice avec plaisir pour parler de l’initiative tout en considérant les besoins de la Ville Saguenay. « Il y a une table qui a été mise en place en 2018, qui s’intéresse aux gens qui ont besoin de logements abordables. Un plan d’action a été adopté en novembre. Chacun des acteurs a été interpellé pour la réalisation de ce plan. Mme Côté en faisait partie et elle a contribué à celui-ci. Elle est parfaitement au courant des orientations de la Ville »a expliqué la mairesse.

Elle tient à rappeler que la Ville s’est engagée à investir 80 millions de dollars sur 43 ans dans le logement social.  

 Loge m’entraide souhaiterait recevoir une subvention de 134 000 $ financée sur 5 ans et un congé de taxes municipales durant 25 ans pour financer sa coopérative d’habitation dans l’arrondissement de Jonquière. 

Le pont Sainte-Anne 

L’état du pont Sainte-Anne a fait l’objet de vives discussions entre les conseillers durant la séanceC’est un montant total de 6 millions de dollars qui sera emprunté sur 20 ans pour faire les différents travaux. Cette situation créé beaucoup de tensions entre les différents arrondissements, puisque les conseillers de Jonquière s’étaient opposés à cette demande à la dernière séance du conseil. Malgré ce désaccord, les conseilleurs tenaient à préciser qu’il n’y avait aucune guerre de clocher entre eux. 

« Au niveau de la fameuse guerre de clocher, j’ai 32 ans et la seule guerre de clocher que j’ai connue c’est quand je jouais au hockey entre les Orioles et les Dynamos. Je trouve ça un peu ridicule de parler de guerre de clocher », a affirmé Kevin Armstrong. 

 

Partagez :