Festivals d’été : de l’espoir chez les organisateurs

175
0
Partagez :

Rassemblements de milliers de personnes, les festivals d’été au Saguenay-Lac-Saint-Jean gardent espoir de pouvoir tenir leur événement malgré la crise sanitaire.

« Nous avons différents scénarios sur la table, mais ils sont entièrement basés sur des suppositions », souligne le producteur d’évènements, Robert Hakim. Productions Hakim est le gestionnaire de trois grands événements d’été soit le Festival International des Rythmes du Monde, du Festival des Bières et de l’évènement la Grande Ourse.

Dans la plupart des cas, le compte-rendu donné d’ici la mi-mars par la Santé publique seront l’officiel coup d’envoi. Combien de festivaliers pourront accéder au site? La question mystère plane chez les organisateurs. « Supposons que la limite est de 500 festivaliers, est-ce que nous pourrons faire plusieurs bulles de 500? Nous avons la chance d’avoir la Zone portuaire pour utiliser le devant de la grande scène, l’espace des bélugas et deux espaces gazonnés. Notre souhait serait de pouvoir disperser les gens pour en faire plusieurs bulles », continue Robert Hakim.

Il en est de même pour le Festival Jazz et Blues qui entend actuellement préparer son festival selon la zone d’alerte « orange » dans différents lieux. « Nous avons des artistes qui ne sont pas signés, mais avec lesquels nous avons des ententes d’intention. Le seul petit hic que j’entrevois c’est l’annulation de certains contrats avec les artistes qui sont occupés à reporter leurs spectacles, mais nous sommes à booker nos plus importants en ce moment », mentionne le responsable des communications, programmation et technique, Jacques Dubé.

« Payer un artiste 100 000 $, ce n’est pas pareil quand tu as 10 000 places debout au lieu de 10 », admet Robert Hakim.

Festival Regard 

Alors que certains nagent dans l’incertitude, le Festival Regard a, quant à lui, déjà annoncé la tenue de son événement en juin. « Nous avons fait plusieurs scénarios pour chacune des zones d’alertes établies par le gouvernement. Peu importe si nous sommes en zone rouge en juin prochain le festival pourra avoir lieu, et ce, grâce à la formule ciné-parc même en zone rouge et nous aurons des écrans gonflables où les gens pourront se présenter avec leur chaise pliable », soumet la coordonnatrice aux communications et marketing, Laurie Fortin.

L’écran gonflable est une des alternatives du Festival Regard.

L’édition dite « spéciale » projettera les films sur le Web en prolongation pour permettent aux gens d’y accéder même si la zone rouge est toujours présente.

« Nous voyons la 25e édition de Regard comme le rendez-vous qui va faire du bien à tout le monde, le rendez-vous à ne pas manquer, la première occasion de sortir voir un spectacle et des gens », délibère fièrement Laurie Fortin.

 

Partagez :