Le Saguenay, troisième pôle culturel au Québec

257
0
Partagez :

Jerr Allain est un humoriste qui a profité de l’ouverture de la Nuit des temps pour se livrer en spectacle au Saguenay. Crédit photo : Marc-André Fortin

Le Saguenay est le troisième pôle culturel du Québec, selon l’organisme Culture Saguenay-Lac-Saint-Jean. « C’est quand même fou quand tu y penses que dans une région aussi éloignée, on a neuf compagnies de théâtre, six écoles de danse, une quinzaine d’écoles de musique, un orchestre symphonique, 18 musées et un grand réseau de diffuseurs », affirme la directrice générale de l’organisme, Gabrielle Desbiens.  

Un pôle culturel se calcule par la manière dont un territoire rayonne par la force du talent artistique, la richesse et la diversité de la culture dans une région.   

Au total, c’est une proportion de 828 personnes par 100 000 habitants qui travaillent dans un domaine culturel de la région, selon le dernier recensement de Statistique Canada en 2016. Il s’agit d’un nombre plus élevé que dans les autres régions éloignées du Québec, alors que la proportion se situe à 780 travailleurs sur 100 000 habitants.   

Les régions de Montréal et Québec occupent respectivement les deux premières positions.  

Selon Mme Desbiens, la culture est très dynamique, mais elle avoue que la réalité n’est pas toujours rose. Les artistes doivent parfois avoir deux emplois ou porter plusieurs chapeaux dans les projets artistiques pour arriver à la fin du mois. 

De plus, l’un des aspects à améliorer est la promotion effectuée et la visibilité des événements culturels selon Gabrielle Desbiens. 

« Je crois que plusieurs personnes ne connaissent pas et sous-estiment l’offre de culture dans la région. À chaque soir, il y a une ou plusieurs propositions culturelles. Je crois que l’information n’est pas toujours claire », poursuit Mme Desbiens. 

Un besoin à combler 

Sur le plan de l’offre de spectacles, le cofondateur de la nouvelle salle de diffusion La Nuit des Temps, Alexandre Bédard, trouvait qu’il manquait une salle de moyenne taille pour diffuser les artistes émergents à Chicoutimi.  

« Si tu venais de gagner le prix de la découverte de l’année à l’ADISQ, tu n’avais pas de place pour jouer, donc il y avait vraiment un trou entre les grands noms et les artistes émergents », souligne le copropriétaire. C’est dans cette optique qu’il a lancé sa salle en septembre dernier.  

Ce dernier voulait donc que les gens sortent plus et mieux, tout en découvrant des artistes.  

Partagez :