Les Sags tatoués sur le coeur

(Gabriel Latulippe) Jean-Eudes Simard, sur la photo et Laurent Lavoie espèrent que les Sags vont gagner davantage de championnats dans le futur.

Seule une opération à cœur ouvert peut empêcher Laurent Lavoie, 86 ans, d’assister à une partie des Saguenéens de Chicoutimi. M. Lavoie et Jean-Eudes Simard font partie des plus grands fans des Sags, et ce depuis 1973.

Les deux supporters des Bleus prennent pour cette équipe depuis sa création, il y a 48 ans.  L’un est devenu fan puisque son père travaillait pour l’équipe et l’autre, grâce à son bénévolat comme juge de but.

Jean-Eudes Simard, 81 ans, ne rate aucune rencontre. Il n’est jamais seul puisqu’il va toujours à l’aréna accompagné de son frère. C’est ce qu’il aime le plus: être avec son frère pour voir les Sags remporter des matchs. Il prévoit être un partisan encore plusieurs années. « Je vais aller les voir autant longtemps que ma santé va me le permettre », ajoute-t-il.

Juge de but pendant 15 ans, Laurent Lavoie a vu sa passion augmenter au fil du temps, même s’il n’occupe de fonction au sein de l’organisation. « L’équipe avait changé de direction, alors j’ai perdu mon poste, mais j’ai décidé de prendre mon billet de saison », affirme Laurent Lavoie. « Les seules parties que j’ai manquées étaient le moment où je me suis fait opérer à cœur ouvert », indique-t-il. Il adore assister aux matchs non seulement pour voir du hockey, mais aussi pour l’ambiance. Il aime l’atmosphère qui règne au Centre Georges-Vézina les soirs d’évènement. Il arrive plus tôt, dans le but de voir l’échauffement et de parler avec les gens à l’aréna.

Le fan de 86 ans ne peut pas assister à une rencontre sans sa casquette, son chandail des Sags et son calepin de notes. À chaque partie, il prend lui-même des notes sur la rencontre. Il écrit les joueurs, les buts inscrits, les passes, les mises en échec et tous les éléments qui sont utiles à la compréhension. « Je suis un peu maniaque », déclare-t-il en riant.

À propos de Gabriel Latulippe

Originaire de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Gabriel Latulippe, âgé de 19 ans, a toujours voulu travailler dans le monde des médias. Dès son plus jeune âge, il regardait les émissions de sport à la télévision, espérant un jour être analyste. Toutefois, le temps a passé et le petit garçon a grandi ainsi que sa vision des choses. Son arrivée dans le programme Art et technologie des médias (ATM) option journalisme lui a ouvert les yeux. Explorant plusieurs facettes du métier, cela lui a donné l’envie de devenir recherchiste. Aspirant à travailler dans ce monde, il va se donner à 1000% afin de réussir à se faire une place. Malgré un attachement particulier pour le sport, Gabriel reste ouvert à tous les sujets d’actualité puisqu’il est une personne curieuse qui possède la qualité de l’écoute.

À voir aussi

immobilier

Marquis de Jonquière : une histoire d’équipe

« C’est vraiment pas une question d’argent ou de publicité. Selon moi, c’est une question de …