Recruteurs dans la LHJMQ : des travailleurs de l’ombre

La Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) reçoit, chaque année, en moyenne 140 recrues qui ont été évaluées et analysées par des dépisteurs. Le recrutement au hockey est un travail de longue haleine qui permet avant tout de récolter la crème de la crème pour chaque formation.

Dans la LHJMQ, il y a plusieurs « éclaireurs », mais tous sont affiliés à une organisation. Ils sont toujours en déplacement, à voir évoluer les joueurs de 15 à 17 ans. Ils parlent aux parents, aux entraîneurs et aux joueurs pour dresser un portrait de chacun des joueurs susceptibles d’intéresser leur équipe au repêchage annuel de juin.

Des recruteurs étaient présents lors du neuvième match des Saguenéens de Chicoutimi le jeudi 21 octobre dernier.
Crédit : Frédérica Fortin-Foster

Dans la LHJMQ, il y a plusieurs « éclaireurs », mais tous sont affiliés à une organisation. Ils sont toujours en déplacement, à voir évoluer les joueurs de 15 à 17 ans. Ils parlent aux parents, aux entraîneurs et aux joueurs pour dresser un portrait de chacun des joueurs susceptibles d’intéresser leur équipe au repêchage annuel de juin.

Le coordonnateur du recrutement au Québec au sein de l’organisation des Wildcats de Moncton, Alexandre Gauthier, soulève qu’avant le début de la saison de recrutement, il a déjà une bonne idée des meilleurs joueurs qu’il veut voir dans la formation. « Je connais pas mal les gros morceaux de base comme les joueurs qui ont fait les camps d’Équipe Québec par exemple, mais beaucoup viennent mélanger les listes finales à la fin des rapports et on finit toujours avec de belles surprises », a affirmé le Chicoutimien.

Critères d’évaluation

Ces dépisteurs ont des critères sur lesquels se baser pour analyser la capacité de ces jeunes joueurs qui passeront d’une ligue élite au junior majeur, où le jeu est beaucoup plus robuste et rapide. Les techniques de jeu, les tactiques, les capacités physiques et le mental sont les principaux aspects évalués chez une recrue. Si un joueur ne correspond pas aux critères physiques exigés, il devra compenser avec une autre force qui se démarque des autres.

« C’est stressant au début, parce que tu te dis que ta carrière est entre les mains de ces gars-là et que tu dois faire tout parfaitement. Cependant, plus tu en fréquentes et plus tu comprends que ta carrière est, en fait, entre tes propres mains à toi », a confié une jeune recrue des Saguenéens, Félix Abraham.

 

À propos de Frédérica Fortin Foster

Plus jeune, Frédérica rêvait de devenir comédienne. Sa passion pour le théâtre et l’animation lui auront permis d’acquérir de nombreux atouts en communication. Un peu plus tard, sa soif de justice et sa tête forte l’amèneront à avoir un fort intérêt pour le droit. C’est cependant dans le programme de journalisme qu’elle atterrira pour nourrir sa grande curiosité, son intérêt pour l’écriture et la communication orale. Originaire du pays des bleuets, plus précisément dans le secteur d'arvida, elle profite du paysage de sa région en pratiquant la course à pied en extérieur depuis quelques années. Son leadership peut, à première vue, sembler intimidant, mais la jeune femme sait mener ses projets à terme tout en restant fidèle à sa personnalité flamboyante et son côté sociable.

À voir aussi

immobilier

Marquis de Jonquière : une histoire d’équipe

« C’est vraiment pas une question d’argent ou de publicité. Selon moi, c’est une question de …