Saguenay–Lac-Saint-Jean : Hausse de 3,5‰ de la population

375
0
Partagez :
Chaussures monde
Chaussures monde

C’est la plus grande augmentation pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean depuis 2012. Photo Marius Fagot

 

La population du Saguenay-Lac-Saint-Jean a augmenté de 3,5‰ en un an, soit environ 1000 habitants, selon l’Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Outre les naissances et l’immigration, la pandémie et le télétravail expliquent en partie cette augmentation.

Sandrine Murray est une professeure de danse originaire de la région qui est partie à ses 18 ans pour rejoindre Montréal. « Je suis revenue en 2020, quand la pandémie a commencé, la sécurité était meilleure ici qu’à Montréal », explique-t-elle. Mme Murray compte rester à long terme, elle a trouvé un emploi et vient d’acheter une maison.

Une partie des nouveaux habitants devrait rester dans la région grâce à la modernisation des emplois, selon le démographe de l’ISQ, Frédéric Fleury-Payeur. « Le télétravail permet de travailler à distance et c’est de plus en plus populaire dans certains domaines d’emplois », précise-t-il. Cependant, les démographes ignorent si ces travailleurs s’installeront définitivement dans la région. Selon Frédéric, « c’est une question que les chercheurs se posent, mais il est encore trop tôt pour connaître la suite. »

Si la hausse de la population est une bonne nouvelle, celle de l’âge moyen l’est moins. Il y a 21 ans, l’âge moyen était de 38 ans, alors qu’en 2020, il était de 45 ans. Faisant de la population régionale l’une des plus âgées du Québec.

Résidents non-permanents

 Selon une autre étude de l’ISQ en 2020, les résidents non-permanents (étudiants étrangers, travailleurs étrangers temporaires et demandeurs d’asile) étaient d’environ 600 pour une vingtaine en 2001. En ce qui concerne la migration internationale, les étrangers se dirigent en particulier vers Montréal, donc la région n’en récupère pas énormément. « La part de la population de résidents non-permanents est assez grosse par rapport au total de la région », commente le démographe à l’ISQ, Frédéric Fleury-Payeur.

 

Composition de la migration

Depuis 2014 les résidents non-permanent prennent une place importante dans l’immigration. Tableau : Frédéric Fleury-Payeur

Partagez :