samedi , 3 décembre 2022

Une passerelle de 140 mètres pour le Parc régional des Grandes-Rivières

La passerelle permettra aux véhicules hors route de traverser la rivière Péribonka en toute saison. Photo : courtoisie

 

Une passerelle pour les quads et les motoneiges sera aménagée sur la rivière Péribonka afin de relier, par le nord, le Saguenay et le Lac-Saint-Jean. Le coût du projet s’élève à 3,6 millions $, dont 1,2 million ont été financés par le gouvernement du Québec.

Le Parc régional des Grandes-Rivières du lac Saint-Jean a annoncé mardi lors d’une conférence de presse virtuelle la construction de cette passerelle de 140 mètres au-dessus de la rivière Péribonka. Le projet, qui devrait aboutir à l’automne 2022, permettra de relier les sentiers du Sommet du Fjord du Saguenay à ceux du circuit de la Passerelle du 49e, deux secteurs fréquemment utilisés par les amateurs de quad et de motoneige. Il est le fruit de plus de cinq ans de négociations.

« Présentement, le lien entre ces deux secteurs dépend entièrement de la formation et de la disparition de la glace sur la rivière Péribonka, a expliqué la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région, Andrée Laforest. La passerelle va permettre de corriger cette situation. » Selon les élus présents à la conférence, ce projet permettra à la région de rayonner tant au Québec qu’à l’international.

De nombreux partenaires financiers 

« La hausse constante de la fréquentation des sentiers démontre qu’il est essentiel d’investir dans de telles infrastructures. Ce projet bénéficiera donc d’un fort appui régional », a déclaré Andrée Laforest. Si le gouvernement du Québec et le gouvernement du Canada investiront chacun 1,2 million $ dans la construction de cette passerelle, les MRC de Maria-Chapdelaine et du Fjord du Saguenay contribueront au projet à hauteur de 500 000 $ au total. De son côté, Desjardins a fourni une somme de 200 000 $.

Par ailleurs, la ministre Andrée Laforest s’est réjouie de la collaboration entre les députés du Saguenay et ceux du Lac-Saint-Jean. « Le but de tous ces députés est de travailler ensemble et aujourd’hui, vous avez la preuve que c’est ce que l’on fait pour que tous les citoyens puissent bénéficier de ce projet porteur. »

 

À propos de Martin Patry

À dix-neuf ans, Martin Patry vient tout juste de quitter sa Normandie natale pour venir étudier le journalisme au Cégep de Jonquière. Passionné par la musique et le soccer, le jeune français rêve de devenir journaliste culturel, et ce, depuis le lycée. C’est en 2019 que le jeune musicien part à Vichy pour effectuer un diplôme universitaire de technologie en information et communication option journalisme. Cette formation n’aura fait que confirmer sa volonté de devenir journaliste et lui aura permis d’effectuer plusieurs stages en presse quotidienne régionale (La Presse de la Manche) ainsi qu’en radio (Radio Sensations). Malgré son mètre quatre-vingt-dix, Martin est un garçon assez discret, mais qui n’hésite pas à prendre des initiatives pour atteindre ses objectifs. Dynamique et autonome, il compte bien profiter de cette expérience à l’étranger pour rencontrer de nouvelles personnes ainsi que découvrir une culture qui lui est pour l’instant inconnue.

À voir aussi

Favoriser l’inclusion grâce au sport

CHRONIQUE –  Le mardi 15 novembre, j’ai eu la chance de participer à une partie …