mercredi , 10 août 2022

Un voyage musical à travers l’œuvre de Jean Désy

Les quatre artistes ont mis en musique les textes de Jean Désy sur des sonorités qui rappellent le folk. (Photo : Justin Escalier)

Pendant deux heures, sur les planches du Côté-Cour mercredi soir, les quatre artistes du collectif Songes Nomades ont chanté la nordicité, le nomadisme et l’écologie, des thèmes portés par la voix de Juulie Rousseau, qui a sublimé les textes du poète, écrivain et médecin Jean Désy.

L’interprète était accompagné par la guitare de Frédéric Dufour ou encore l’accordéon et le piano de Nadia Delisle. Le spectacle aux sonorités folk a totalement conquis le Côté Cour, qui a fait salle comble, le public allant même jusqu’à chanter avec les artistes.

« C’est une poésie qui élève, avec toute une réflexion qui vient derrière », a décrit la coordinatrice de l’association Écrivain·e·s de la Sagamie, Céline Dion. L’association est à l’origine de cette soirée qui s’inscrit dans le cadre de La Totale, une série d’évènements visant à promouvoir le travail d’écrivains qui ont quitté la région.

« Un vieux poète sénile accompagné de ses musiciens »

Le collectif frappe surtout l’imaginaire par sa bonne entente et son alchimie sur scène. Que ce soit Jean Désy, qui se permet quelques blagues pour meubler l’attente entre les changements d’instruments des musiciens, ou ces derniers qui plaisantent gentiment au sujet du poète, la bonne ambiance est palpable. D’après la chanteuse Juulie Rousseau, cette cohésion se retrouve à toutes les étapes du processus, depuis la composition jusqu’au jeu sur scène.

L’occasion était aussi particulière pour l’écrivain, qui jouait en terrain connu à Jonquière, et ce, même s’il réside depuis longtemps sur la Côte-Nord. Et s’il reconnaît être toujours bien accueilli quand il revient dans la région, il avoue aussi que ce qui le contenterait le plus serait de jouer ce même spectacle devant un maximum de personnes, « tous les deux-trois jours en changeant de lieu, ce serait parfait ».

Après cette première représentation en 2022, Jean Désy, qui se décrit comme un « vieux poète sénile accompagné de ses musiciens », espère surtout pouvoir sortir un album avec les chansons déjà composées d’ici 2023.

 

Les quatre artistes sont contents de la cohésion et de l’alchimie qu’ils ont en travaillant ensemble (Photo : Justin Escalier)

À propos de Justin Escalier

Fraichement débarqué depuis le Sud-Ouest de la France, Justin est venu satisfaire sa soif de nouvelles expériences en s’installant au Saguenay. Curieux et avide de découvertes, il cherche avant tout à faire de nouvelles rencontres et à apprivoiser une nouvelle culture. Il n'a donc pas hésité une seconde et a saisi l'opportunité de venir s'installer à 6000 km de chez lui. Si sa volonté de devenir journaliste est venue tardivement, Justin a toujours été fasciné par les métiers de l’écriture, au point de rêver de devenir écrivain depuis sa plus tendre enfance. Biberonné aux journaux satiriques, il s'est lancé dans le journalisme sur le tard en intégrant une formation universitaire technologique à Vichy, après un début de parcours universitaire cahoteux. Il avait alors un objectif en tête : publier ses articles dans l'un des hebdomadaires les plus connus de France, le Canard Enchainé. Ni le froid, ni la charge de travail, ni les difficultés ne font peur à ce passionné de politique et de littérature, qui a fourbi ses armes au sein de la radio Totem, une station diffusée dans la moitié sud de la France. Cette expérience lui a permis de découvrir les coulisses d'un média local. Ne sachant pas de quoi demain sera fait, il reste ouvert à toutes les opportunités qui se présenteront à lui.

À voir aussi

Le bracelet antirapprochement attendu impatiemment

Alors que les 16 premiers bracelets antirapprochements seront utilisés à Québec dans les cas de …