Deux Jonquiérois à la conquête du monde en judo

266
0
Partagez :

Depuis près de 50 ans, le club Judokas Jonquière est une véritable pépinière de talents. Preuve à l’appui, Vincent Nepton et Laurence Gagnon s’envoleront vers différents endroits du globe pour représenter la région saguenéenne.   

 « Bouge, Vincent, bouge ! Ne reste pas sur place, c’est bien important, et amuse-toi », dit l’entraîneur et directeur technique du club, Roger Tremblay, à son poulain.  

 Du haut de ses 16 ans, Vincent Nepton dégage un calme assourdissant, tout comme sa camarade Laurence Gagnon. Il y a moins de deux semaines, le Jonquiérois d’origine quittait le Québec pour entamer une expérience internationale. Grâce à sa victoire aux derniers championnats canadiens U18, l’homme pourra représenter la province en Italie (11 et 12 février), en Espagne (18 et 19 février) et en Allemagne (fin mars).  

 

Vincent Nepton vivra toute une expérience alors qu’il compétitionnera dans trois pays différents en Europe. (Photo Nickolas Bergeron)

 

« Ce sera plaisant comme voyage parce que je vais pouvoir voir du judo différent d’ici. Le judo en Europe est bien différent, et même meilleur. En tout cas, c’est tout un honneur de représenter Jonquière », mentionne celui qui a débuté son sport à l’âge de quatre ans.  

Direction l’Île-du-Prince-Édouard 

 Dans le cas de Laurence Gagnon, la jeune prodige se dirigera vers les Maritimes pour participer aux Jeux du Canada, du 27 février au 5 mars. Entre-temps, elle se prépare en peaufinant ses techniques et son cardio.  

 « J’ai dû battre toutes les rivales de ma catégorie en octobre 2022 pour me qualifier. Je serai la seule du Saguenay là-bas. […] Tout le mérite va à Roger parce qu’il a tout sacrifié pour nous et le club », révèle Gagnon avant l’un de ses entraînements hebdomadaires.  

 

Le directeur technique du club, Roger Tremblay, entraîne des jeunes de tous les âges. (Photo : Nickolas Bergeron)

 

Depuis qu’ils sont tout jeunes, Vincent et Laurence côtoient Roger Tremblay. Ce passionné a pleinement confiance en ses deux élèves.  

 « Ils sont rendus à un certain tremplin au niveau international, explique le grand manitou de l’organisation. Notre but est de leur donner tous les bagages possibles. Après, ils doivent écrire leur avenir. »  

Partagez :
Avatar photo