L’Atelier Saint-Joseph offre 20 000 $ à la Maison des sans-abris

309
0
Partagez :

L’annonce du don de 20 000 $ s’est déroulée à l’Atelier de récupération Saint-Joseph. (Photo : Martin Patry)

L’Atelier de récupération Saint-Joseph a remis un chèque de 20 000 $ à la Fondation Monseigneur Léonce Bouchard, jeudi en après-midi. Cette somme sera versée à la Maison d’accueil pour sans-abri de Chicoutimi pour son déménagement qui aura lieu à l’automne 2022.  

« C’est un don extraordinaire qui va faire une différence majeure. Il arrive à un moment propice, puisqu’on va avoir besoin d’un appui financier pour soutenir la relocalisation dans l’ancien couvent des Servantes du Très-Saint-Sacrament », a affirmé le directeur général de la Maison d’accueil pour sans-abri, Michel Saint-Gelais.  

La somme offerte servira à payer les frais liés au déménagement et à la mise à niveau du système informatique. La maison d’accueil a déjà reçu des subventions pour la mise aux normes et les rénovations du couvent.   

Le directeur général de l’Atelier de récupération Saint-Joseph, Karl Larouche, a souligné la participation du conseil d’administration ainsi que le dévouement des employés et des bénévoles qui ont permis de dégager ce montant de leurs profits pour le donner à l’organisme.  

Le président du conseil d’administration de la Fondation Monseigneur Léonce Bouchard, Dominic Bouchard a expliqué que ça fait partie de leur mission. « La fondation a été mise en place il y a 25 ans. Le but est de générer des bénéfices avec deux de nos organismes, l’Atelier Saint-Joseph et les Fringues qui vendent des meubles et des vêtements pour ensuite verser une partie de leurs profits à la Soupe populaire et la Maison d’accueil pour sans-abri qui aident la communauté », a-t-il détaillé.  

Lancé en 2015, le projet de relocalisation était nécessaire pour la maison d’hébergement, puisque l’endroit ne correspondait plus à ses besoins. « La situation est préoccupante, et ce, depuis plusieurs années. La demande est tellement forte qu’on n’a plus assez d’espace dans le bâtiment », indique M. Saint-Gelais. Il a également mentionné que l’édifice où est présentement situé l’organisme est en train de se détériorer.  

De plus, le couvent qui est à quelques pas de l’emplacement actuel, leur permettra au minimum de doubler leur capacité d’accueil tout en regroupant dans un seul lieu leurs services dispersés sur la rue Lafontaine, Racine et Saint-Anne.

Partagez :