samedi , 26 novembre 2022

Le Centre de services scolaire De La Jonquière peine à trouver des parents volontaires

Le Centre de services scolaire De La Jonquière n’a pas atteint le seuil minimum pour combler les dix postes de parents réguliers au sein du comité consultatif des services aux élèves handicapés et aux élèves en difficulté d’adaptation et d’apprentissage (EHDAA).

Seulement six parents étaient présents lors de l’assemblée générale du comité EHDAA, lundi dernier. Pour que l’assemblée générale ait lieu, la présence d’au minimum dix parents ayant un enfant HDAA étaient requis. Les parents qui se sont déplacés ont tout de même été nommés sur le comité.

 

Centre de service scolaire De La Jonquière, où se tenait l’assemblée. (photo : Jade Giovane)

 

Ce manque d’intérêt inquiète les membres du comité.

Le faible taux de présence peut être expliqué. C’était la première rencontre en présence depuis la pandémie et pour les familles qui ont un enfant HDAA, il est plus difficile de se déplacer.

« Avant les rencontres étaient beaucoup en ligne. Il y a des parents qui préfèrent toujours être en ligne. Avec la présidente de l’année passée, on a fait le choix de faire l’assemblée générale en présentiel. Peut-être que ce n’était pas un bon choix », explique la directrice des services éducatifs du Centre de services scolaire De La Jonquière, Claudie Gagné.

« Les réunions en ligne facilitaient vraiment la mobilisation des parents. Pour beaucoup, c’est plus compliqué de faire garder leurs enfants. Certains ont des enfants lourdement handicapés, donc avec le virtuel il y a des parents qui ont pu s’impliquer sans devoir penser à toute l’organisation que ça prend pour se déplacer », souligne un des parents au comité, Audrey Savard.

Des parents préoccupés

L’implication des parents au sein du comité consultatif est de plus en plus difficile à aller chercher.

« Il y a vraiment moins d’intérêt que d’habitude. Pour faire partie du comité, ça prend que ton enfant ait un plan d’intervention et il y a environ 200 EHDAA dans la commission scolaire. Ça prend seulement dix parents et chaque année on peine à pourvoir les dix postes. Là cette année on n’arrive même pas à les occuper », relève une des mamans au comité depuis 7 ans, Amy Belley-Traoré.

« Je suis surprise, mais je trouve ça désolant. Les gens ont toujours leur mot à dire sur tout, ou ne sont jamais satisfaits de ce qui se passe. Mais en même temps, ils ne s’impliquent pas et ils ne se renseignent pas. Je trouve ça quand même grave parce que si on n’est pas là pour représenter les élèves HDAA, qui va le faire? », soulève un des parents au comité depuis 7 ans, Marie-Ève Lachance.

Les membres présents à l’assemblée générale de lundi ont conclu que les élections des postes vacants seront repoussées en octobre.

À propos de Jade Giovane

Avatar photo
Rendre accessible l’information pour tous et vulgariser les enjeux nationaux ont toujours été les objectifs de Jade Giovane. C’est au secondaire qu’elle a fait la découverte de Charles Villa, un Grand Reporter. Grâce à lui, elle a réalisé qu’elle aussi souhaite pratiquer ce métier à l’international. Elle a donc quitté Saint-Bruno de Montarville pour la première destination vers son métier de rêve : le programme de journalisme de l’École supérieure en art et technologie des médias. En plus d’être pétillante, déterminée en plus d'être persévérante, elle s’implique au sein du conseil étudiant d’ATM. Jade se donne tous les moyens pour réussir ce qu’elle entreprend. Après son escale en ATM, cette Franco-Italienne partira faire le tour du monde pour ajouter à son carnet plusieurs contacts et vivre dans le feu de l’actualité internationale. Si elle atterrit de nouveau au Québec, ce sera pour réaliser des études en histoire féministe, en langue et politique internationale.

À voir aussi

Violences faites aux femmes : des étudiants se mobilisent

 À la veille de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des …