Journée portes ouvertes chez les pompiers de Saguenay

Caserne pompier Chicoutimi
Le caserne de pompiers de Chicoutimi prête à accueillir les citoyens. (Photo : Andréa Maheux)

 

Quinze pompiers du Service de sécurité incendie de Saguenay, des policiers, des membres des forces armées et de la Croix Rouge sont venus à la rencontre de la population, samedi dernier,  à la caserne de Chicoutimi afin de montrer que c’est un travail multidisciplinaire.

Il y avait des kiosques d’informations pour les plus grands et un jeu gonflable pour amuser les plus petits.

Cet évènement a rassemblé énormément de familles. Plusieurs enfants étaient déguisés en pompiers pour l’occasion.

Une mère de famille, rencontrée sur place, Marie-Claude Gilbert a souligné qu’elle considérait ce moment comme une belle activité familiale. « Mon garçon aime beaucoup les pompiers. Il est content d’être là », s’exprime-t-elle.

Camions de pompier
(Photo: Andréa Maheux)

De la sensibilisation

Le lieutenant-inspecteur-enquêteur du Service de sécurité incendie de Saguenay, Jimmy Blackburn, a expliqué qu’il s’agit d’une occasion de faire de la prévention, ainsi que de découvrir les équipements utilisés dans le cadre du travail de pompier. À cet effet, le public avait accès au local de simulation d’incendie dans lequel il y avait des lits, un four et de la fumée.

Poteau dans le sentier
Les personnes disposent d’en moyenne seulement 3 minutes pour évacuer leur résidence lors d’un incendie. (Photo : Andréa Maheux)

« C’est gratifiant d’être au service de la population et d’être capable d’aider les gens. Autant en prévention que durant une intervention et la période de rétablissement », se réjouit-il.

Pour se rendre à la caserne, les citoyens devaient emprunter un sentier pédestre d’un demi-kilomètre dans lequel on retrouvait plusieurs informations sur les incendies. On apprenait notamment qu’environ 50 % des incendies résidentiels sont attribuables à une distraction ou à une erreur humaine.

Le chef de division gestion et analyse de risques au Service de sécurité incendie de Saguenay, Christian Fillion, a profité de l’occasion pour rappeller qu’il fallait changer le détecteur de fumée aux dix ans et les piles à chaque année.

Pour lui, le plus beau de son travail est d’aider, servir et d’être constamment dans l’action. Il prendra sa retraite en juin après 30 ans de service.

À propos de Andréa Maheux

Andréa Maheux
Native de Sherbrooke, Andréa Maheux, 20 ans, avait l’intention de laisser sa trace à l’École Supérieure en Art et technologie des médias et l’a bel et bien fait. Maintenant à sa troisième et dernière année dans l’établissement de Jonquière, la jeune femme ne finit plus de surprendre. Sa grande passion pour l’écriture l’a mené vers son champ d’étude en journalisme, où elle s’accomplie et s’épanouie pleinement. Celle qui vient d’autoéditer son tout premier roman, intitulé « Divergente », croit en l’importance de sensibiliser davantage la population sur les maladies mentales. Le trouble de la personnalité limite étant le sujet phare de son recueil, elle espère un jour pouvoir faire une différence pour toutes les personnes vivant avec ces mêmes maux. Andréa souhaite également toucher le public en relatant d’importants phénomènes de société, qui passent parfois sous silence. Pour elle, le journalisme lui donne une voix pour exprimer clairement ses idées et son opinion, ce qui ne l’a fait reculer devant rien. Proche de ses émotions, elle désir amener plus de couleur et de vivacité à son futur métier.

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …