Le dernier château fort s’écroule dans Jonquière

 

L’ancien député péquiste dans Jonquière, Sylvain Gaudreault, et Caroline Dubé. (Photo : Nickolas Bergeron)

 

L’espoir était présent, mais il s’est officiellement estompé lundi soir. Après 15 ans de règne dans la circonscription de Jonquière, le Parti québécois (PQ), représenté par Caroline Dubé, s’est fait déloger par Yannick Gagnon et la Coalition avenir Québec (CAQ).

« Terminer deuxième ce n’est pas rien, mais à la fin du compte, il ne reste qu’un gagnant. J’ai aimé ça aller rencontrer les gens. Au début, on m’avait dit, peu importe le résultat, tu l’essaies si tu en as envie », a divulgué Mme Dubé lors de son discours devant ses militants

Ayant obtenu 19,3 % des voix, soit 5911 votes, la candidate du PQ est débarquée au bar L’Envol, à Jonquière, avec un large sourire au visage. Après une campagne de 35 jours « intenses », l’actuelle directrice du bureau du député bloquiste de Jonquière, Mario Simard, en tire beaucoup de fierté.

Certes, ce résultat peut sembler être une déception pour Caroline Dubé. Toutefois, « il faut relativiser les choses. Je suis allée là en tentant quelque chose, j’avais envie de l’essayer. La circonscription en a décidé autrement et c’est correct comme ça. D’ailleurs je félicite mon adversaire Yannick Gagnon », a-t-elle admis.

La chute de l’empire péquiste dans Jonquière

C’est la première fois depuis environ 50 ans qu’aucun candidat péquiste n’est élu sur le territoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Depuis 2007, Jonquière vivait sous les couleurs du Parti québécois avec Sylvain Gaudreault. Ce dernier était sur place pour vivre ce moment de grande envergure avec les candidats.

« C’est sûr que c’est une déception, mais en même temps, les combats pour l’indépendance et le développement des régions continuent, a évoqué M. Gaudreault. Je souhaite que les députés caquistes de la région prennent des positions et qu’ils ne soient pas des fantômes derrière la ministre. »

D’ailleurs, l’ex-député est très heureux que Caroline Dubé ait pris la relève dans Jonquière. Il désirait avoir une femme pour représenter la circonscription.

Mme Dubé n’a pas qualifié cette défaite comme « amère ». Elle envisage peut-être un retour dans quatre ans.

À propos de Nickolas Bergeron

Avatar photo
Polyvalence est le mot d’ordre chez Nickolas Bergeron. Élevé à Farnham, il y a découvert la passion du journalisme en secondaire 3 grâce à son enseignante de français. À 19 ans, il a déjà accumulé une tonne d’expérience dans le domaine. Il couvre les activités des Saguenéens de Chicoutimi pour le Journal de Québec depuis le printemps 2022, sans oublier sa contribution au balado de tennis, Sur la ligne. Au printemps 2021, il crée la page Facebook Le Commun Sportif, qui se spécialise dans l’information rapide des faits saillants du monde sportif. Même s’il s’épanouit dans le sport, Nickolas ne s’impose aucune limite. Il a justement profité de sa polyvalence lors de l’été 2022 à La Voix de l’Est. Avec le quotidien de Granby, il a couvert la justice et les faits divers. Nickolas est un passionné des mots. Cette passion lui permet de se démarquer à l’écrit. Rien ne l’arrête. S’il a un projet en tête, il se réalisera, grâce à sa polyvalence et son amour du journalisme. C’est ce qui le pousse à avancer : faire ce qu’il aime. Et comme le dit le dicton : « Choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie. »

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …