La LNI enflamme le Théâtre C

La ligue Nationale d’Improvisation (LNI) était de passage jeudi soir au Théâtre C à Chicoutimi et le public était en feu.

Les acteurs n’ont aucun temps pour réfléchir à leur scénario, ils jouent de façon spontanée. (Photo: Camille Houle)

L’équipe formée de Jean-François Aubé, Martin Boily, Salomé Corbo ainsi que Marie-Eve Morency a vaincu la Lise au compte de 4 à 3.

La salle du Théâtre C était remplie à ras bord. Plusieurs groupes de jeunes qui font eux aussi de l’improvisation dans l’équipe de leur école secondaire étaient fous de joie d’être sur place.

« Honnêtement j’ai trouvé ça extraordinaire parce que les improvisations sont plus longues et ils ont un sens de la répartie incroyable. C’était très agréable », témoigne une jeune joueuse, Marianne Girouard.

Une jeune troupe d’improvisation du Séminaire de Chicoutimi est venue observer le jeu de la LNI. (Photo: Camille Houle)

La tournée

 « Ça va super bien, c’est seulement notre deuxième match, mais personnellement j’adore l’idée d’affronter des équipes locales et ça nous apporte beaucoup de fébrilité », explique Jean-François Aubé.

Ce match mène la tournée de la LNI à mi-chemin de leur tournée. Les acteurs se dirigeront ensuite vers le Lac-Saint-Jean, à Dolbeau-Mistassini.

Affronter le Saguenay-Lac-Saint-Jean

En venant en région, la LNI affronte des équipes locales dont les acteurs ne font pas nécessairement de l’improvisation à temps plein. Pour ce qui est des joueurs de la LNI, la plupart sont acteurs au quotidien et ont de l’expérience dans le domaine.

« On ne vient pas souvent au Saguenay, mais de voir que ce jeu-là rassemble encore toutes sortes de monde de toutes sortes de places.  C’est vraiment un beau jeu qu’ont inventé Robert Gravel et Hivon Leduc, les créateurs de l’impro. »

  • Salomé Corbo

Le jeu

Malgré les nombreuses parties disputées dans leur carrière d’improvisation, les joueurs affirment ne jamais être à bout d’idées de scénarios.

« On parle souvent du moment présent dans la vie et bien c’est vraiment ça l’improvisation, ça nous vient naturellement », raconte Salomé Corbo.

La LNI en tournée reprend la scène à la Salle Desjardins / Maria-Chapdelaine à Dolbeau-Mistassini vendredi à 20h.

À propos de Camille Houle

Avatar photo
Étudiante en journalisme à l’École supérieure en Art et technologie des médias, Camille Houle passe le reste de son temps libre sur le terrain de volleyball. La libéro de division 1 excelle dans toutes les facettes de sa vie. Que ce soit derrière ses livres ou sur le terrain, la jeune femme originaire de Joliette dans Lanaudière, est prête à tout pour réussir, et ce depuis son plus jeune âge. Ses habiletés en langue lui ont permis de développer une facilité de communication autant à l’oral qu’à l’écrit. Passionnée de lecture et de protection de l’environnement, elle aime aussi défendre de vive voix l’égalité entre les femmes et les hommes. Ses paires la décrivent comme une femme avec beaucoup d’entregent et de leadership. Elle est perçue comme une fonceuse, mais surtout comme une personne avec le cœur sur la main. Ses qualités la mèneront vers l’aspect du métier dont elle rêve soit le journalisme d’enquête.

À voir aussi

Exposition de Chantale Boulianne: l’art pour se reconstruire

Après avoir perdu un proche lors d’un brutal accident de la route, l’artiste Chantale Boulianne …