Manque d’intérêt au transport collectif: des solutions pour y remédier?

Environ 180 participants sont inscrits au 17e colloque de l’ATUQ. (Crédit photo : Tristan Ouimet)

L’Association du transport urbain du Québec (ATUQ) fait face à deux problématiques, soit la pénurie de main-d’œuvre et le manque d’intérêt des citoyens envers les sociétés de transport en commun. Ces constats sont au centre du 17e colloque de l’ATUQ qui se tient dans l’hôtel Le Montagnais à Chicoutimi, sous le thème « L’attractivité du transport en commun. 

 « On veut mettre de la pression sur le nouveau ministre des Transports pour que la misère vécue dans certains services de transport collectif cesse », a déclaré le directeur de l’ATUQ, Marc-André Varin.  

 Pourtant, l’association montréalaise a estimé que ces sociétés de transport locales peuvent offrir plusieurs avantages. « Nos transports serviront non seulement à amener les gens au travail ou à l’école, mais aussi à contribuer à l’économie locale et à diminuer les GES », a affirmé le directeur de l’ATUQ. 

 L’échange d’idées, une astuce ? 

Pour contrer le manque de visibilité, les conférenciers partageront leur expertise. « On doit collaborer pour débattre sur plusieurs grands dossiers majeurs qui ont un impact négatif sur nos sociétés de transport et par la discussion, on va facilement trouver des solutions », a évoqué M. Varin.

Pour faciliter les débats sur plusieurs dossiers, une conférence de presse a eu lieu jeudi 8 h pour discuter de ces enjeux. Sinon, l’activité à la Pulperie de Chicoutimi a permis de créer un rassemblement aux conférenciers pour parler de leurs sociétés de transport et se prodiguer des conseils entre eux.

Le directeur de l’ATUQ, Marc-André Varin, a dévoilé tous les dossiers en conférence de presse, mercredi après-midi. (Crédit photo : Tristan Ouimet)

Le rôle de Promotion Saguenay 

Promotion Saguenay s’engage à aider le transport en commun dans sa pénurie d’employés en améliorant la promotion locale, mais en offrant aussi la visibilité à l’international. L’organisme en promotion croit que c’est une « occasion en or » pour les sociétés de transport.  

 

À propos de Tristan Ouimet

OUITR-Face-Web
Tristan Ouimet est un étudiant de 19 ans en Art et technologie des médias (ATM) originaire de Brossard. Il s’intéresse au métier de journaliste depuis son secondaire quatre. Étant reconnu pour sa belle plume, Tristan est venu étudier à Jonquière en 2020 avec l’intention de devenir un journaliste sportif. Au fil de son parcours en ATM, il s’est mis à s’intéresser à la politique, aimant analyser les différents partis et leurs idéologies. Tristan souhaite démontrer les deux côtés de la médaille dans ses articles en livrant l’information de manière complètement objective. Malgré le changement d’intérêt journalistique, Tristan aime tout autant les sports, notamment le hockey, un passe-temps transmit par son grand-père. Il aime aussi sortir avec ses amis et jouer aux jeux de société comme les échecs et le poker. L’étudiant souhaite travailler à la presse écrite. Tristan vise un emploi à Montréal, soit à La Presse ou au Journal de Montréal. Il garde tout de même en tête un petit journal local, soit celui de Longueuil, le Courrier du Sud.

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …