Vernissage Dehors chez soi : une expérience singulière pour des itinérants

Une quarantaine de personnes étaient présentes lors du vernissage des photographies du projet Dehors chez soi, mercredi dernier. Les participants avaient le sourire et encore des souvenirs de l’expérience vécue ensemble en observant les photographies exposées au café Cambio, à Chicoutimi. 

Catherine Blais, Julien Choquette-Daigneault et Paule Saint-Pierre-Charbonneau (de gauche à droite) ont porté le programme Dehors chez soi pour leur projet de fin d’études du diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en intervention par la nature et l’aventure (INA) à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).

 

« Cette expérience m’a laissé des souvenirs incroyables et vivifiants. Ça fait deux mois que c’est terminé mais on en parle encore », témoigne le sourire aux lèvres, un des neuf itinérants à avoir participé au projet Dehors chez soi, Maxime Bouchard.  

Escalade, randonnées, camping ou encore canoë. Ces activités ont été proposées aux usagers de la Maison d’accueil pour sans-abri de Chicoutimi, en septembre dernier. L’objectif de Catherine Blais, Julien Choquette-Daigneault et Paule Saint-Pierre-Charbonneau, porteurs du projet, étant de permettre à ces personnes de sortir de leur routine et de l’isolement en apportant du divertissement et de la socialisation. Une mission réussie selon Maxime Bouchard. « Je me suis fait des amis. On était tous soi-même, tous naturels, un petit groupe soudé. » 

 « Ça a été des moments de rires et les barrières entre toutes les personnes impliquées ont été brisées. On avait l’impression d’être une gang d’amis partis ensemble », raconte Catherine Blais, encore sous l’émotion.  

Photos souvenirs 

 Le vernissage met en image l’expérience vécue, à la fois par les itinérants et les intervenants. C’est aussi le moyen de montrer « les personnes en situation d’itinérance pas juste comme celles que l’on voit avec des stéréotypes négatifs mais dans leur intégralité, leur humanité, leur beauté et leur sourire », décrit Paule Saint-Pierre-Charbonneau.  

Chaque participant a reçu un album photo personnel avec des images d’eux lors des activités. « Ils n’ont pas l’habitude d’avoir des photos d’eux où ils sourient, où ils sont heureux. Nous voulions montrer un aspect positif et les valoriser », explique Julien Choquette-Daigneault.  

 L’objectif des trois finissants est d’assurer une pérennité au projet. Le nouveau directeur général de la Maison d’accueil pour sans-abri, Yanick Harvey, est optimiste pour l’avenir de cette expérience. « C’est un projet à remettre chaque année et à élargir à d’autres activités : l’art par exemple ».  

Les 18 photographies seront exposées durant les six prochaines semaines au café Cambio.

À propos de Galane Marechal

Avatar photo
Originaire de Saint-Savin, proche de Lyon en France, Galane Maréchal a fait un Bac Littéraire dans son département, obtenu avec mention « très bien ». Elle a continué sa formation en DUT Journalisme dans la ville de Vichy (France), écrivant pour les journaux universitaire comme l’Effervescent ou les Berges de l’info. Dès sa première année, elle a effectué un mois de stage à La Dépêche du Midi, journal de presse quotidienne régionale, confirmant son envie de travailler comme reporter. L’année suivante, ce sont deux mois qu’elle a pu passer auprès d’un magazine qu’elle apprécie tout particulièrement : Kaizen, explorateur de solutions écologiques et sociales. Motivée et travailleuse, elle réussi son année avec brio avant d’être sélectionnée pour partir un an au Cégep de Jonquière (Québec), en troisième année de Technique de Communication dans les Médias (TCM) option Journalisme. Passionnée d’activités manuelles, de sport et de nature, elle souhaite continuer comme journaliste de solutions pour « montrer le positif et tout ce qu’il est possible de faire, pour l’environnement notamment ». Casse cou à toute épreuve, elle souhaite devenir pigiste pour voyager en faisant ce qu’elle aime : des articles, de la photo et des documentaires !

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …