Gaspillage alimentaire en CHSLD

37
0
Partagez :

 

Jeter de la nourriture à la poubelle est du gaspillage alimentaire. (Photo : Camille Houle)

 

Des préposés aux bénéficiaires ont remarqué la présence de gaspillage alimentaire dans plusieurs centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) aux quatre coins de la province et la région n’y échappe pas. 

Ce contenu est produit par les étudiants en ATM – Journalisme du Cégep de Jonquière.

Une préposée aux bénéficiaires, Alexane Derome, qui a travaillé dans différents CHSLD, a un point de vue ferme sur cette problématique ; il y a beaucoup de gaspillage alimentaire dans les établissements.

L’étudiante en médecine à l’Université de Montréal a affirmé qu’une énorme quantité de nourriture était jetée.

« C’est difficile de prévoir la faim de 200 résidents donc on n’a pas vraiment le choix de faire beaucoup de surplus, a expliqué la jeune femme. On ne sait jamais quand des assiettes pourraient tomber. On ne veut pas non plus que personne ne se prive de manger à sa faim. »

Un projet de réduction alimentaire déployé

Le centre intégré de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay–Lac-Saint-Jean est éveillé à la problématique. L’équipe de gestion de l’alimentation de l’institution a mis en place un projet de réduction à cet effet.

L’objectif de la mission est de diminuer les coûts liés à la gestion de l’alimentation, de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) ainsi que de limiter l’utilisation inutile de ressources naturelles.

« L’équipe de gestion de l’alimentation du CIUSSS suivra les bonnes pratiques du Guide Pourquoi et comment mesurer la perte et le gaspillage d’aliments », affirme la conseillère-cadre aux communications, Mélissa Bradette.

Selon Mme. Bradette, les six hôpitaux de la région, ainsi que les 16 CHSLD et les deux Centres de réadaptation jeunesse du CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean participent présentement au projet.

Les CHSLD veulent que leurs résidents mangent à leur faim. (Photo : Camille Houle)

Une réalité difficile

« Jeter une assiette qu’un résident n’a pas envie de manger, c’est certain que ça te brise le cœur un peu parce que tu veux qu’il mange à sa faim, mais tu penses à tous ceux qui en auraient besoin de cette nourriture-là », raconte Alexane Derome.

 

Partagez :
Avatar photo