Conflit de travail à la Société des alcools du Québec | Trois autobus saguenéens à Québec jeudi   

172
0
Partagez :

Les 140 employés syndiqués de la SAQ dans la région avaient brandi bâtons et pancartes il y a deux semaines.

Les grévistes du Syndicat des employés de la Société des alcools du Québec manifesteront devant l’Assemblée nationale à Québec jeudi. Trois autobus saguenéens seront d’ailleurs de la partie. 

Même si les négociations vont bon train en ce moment, il reste encore la question salariale à régler dans les négociations qui durent depuis le 31 mars 2017, date qui signait la fin du précédent contrat de travail entre la SAQ et ses employés.

La déléguée régionale de la SEMB SAQ, Caroline Quessy, affirme «qu’étant donné l’arrivée récente [de la Coalition avenir Québec] au pouvoir, on ne sent pas encore de changements dans les négociations gouvernementales. C’est pour cela qu’on s’en va à l’Assemblée nationale, c’est pour leur pousser sur la bedaine un peu.»

Cette manifestation regroupera les employés des succursales situées à quatre heures de route et moins de l’Assemblée nationale. «Il y aura du piquetage dans les régions éloignées comme la Gaspésie ou l’Outaouais, mais pour le reste, nous serons nombreux à Québec», rappelle Mme Quessy.

Confiance en vue du temps des Fêtes 

La période des Fêtes est, habituellement, une période payante pour la Société des alcools du Québec. Selon Caroline Quessy, une entente devrait être signée d’ici là. «On est important pour le gouvernement. On leur rapporte des sous, il ne nous manque pas grand-chose. Je pense que le gouvernement va décider de donner les sous à la table de négociations, pour qu’on règle ça dans les plus brefs délais.»

Dans la dernière convention collective, les employés avaient négocié une hausse salariale de 2 % chaque année, pour une hausse totale de 14 % sur sept ans.

En ce moment, l’offre gouvernementale tournerait autour d’une hausse de 5,5% sur cinq ans. Les employés de la Société des alcools du Québec réclament, eux, une augmentation salariale de 10 % sur cinq ans.

Partagez :