samedi , 4 février 2023

Gaspillage alimentaire en CHSLD

 

Jeter de la nourriture à la poubelle est du gaspillage alimentaire. (Photo : Camille Houle)

Des préposés aux bénéficiaires ont remarqué la présence de gaspillage alimentaire dans plusieurs centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) aux quatre coins de la province et la région n’y échappe pas. 

Une préposée aux bénéficiaires, Alexane Derome, qui a travaillé dans différents CHSLD, a un point de vue ferme sur cette problématique ; il y a beaucoup de gaspillage alimentaire dans les établissements.

L’étudiante en médecine à l’Université de Montréal a affirmé qu’une énorme quantité de nourriture était jetée.

« C’est difficile de prévoir la faim de 200 résidents donc on n’a pas vraiment le choix de faire beaucoup de surplus, a expliqué la jeune femme. On ne sait jamais quand des assiettes pourraient tomber. On ne veut pas non plus que personne ne se prive de manger à sa faim. »

Un projet de réduction alimentaire déployé

Le centre intégré de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay–Lac-Saint-Jean est éveillé à la problématique. L’équipe de gestion de l’alimentation de l’institution a mis en place un projet de réduction à cet effet.

L’objectif de la mission est de diminuer les coûts liés à la gestion de l’alimentation, de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) ainsi que de limiter l’utilisation inutile de ressources naturelles.

« L’équipe de gestion de l’alimentation du CIUSSS suivra les bonnes pratiques du Guide Pourquoi et comment mesurer la perte et le gaspillage d’aliments », affirme la conseillère-cadre aux communications, Mélissa Bradette.

Selon Mme. Bradette, les six hôpitaux de la région, ainsi que les 16 CHSLD et les deux Centres de réadaptation jeunesse du CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean participent présentement au projet.

Les CHSLD veulent que leurs résidents mangent à leur faim. (Photo : Camille Houle)

Une réalité difficile

« Jeter une assiette qu’un résident n’a pas envie de manger, c’est certain que ça te brise le cœur un peu parce que tu veux qu’il mange à sa faim, mais tu penses à tous ceux qui en auraient besoin de cette nourriture-là », raconte Alexane Derome.

À propos de Camille Houle

Avatar photo
Étudiante en journalisme à l’École supérieure en Art et technologie des médias, Camille Houle passe le reste de son temps libre sur le terrain de volleyball. La libéro de division 1 excelle dans toutes les facettes de sa vie. Que ce soit derrière ses livres ou sur le terrain, la jeune femme originaire de Joliette dans Lanaudière, est prête à tout pour réussir, et ce depuis son plus jeune âge. Ses habiletés en langue lui ont permis de développer une facilité de communication autant à l’oral qu’à l’écrit. Passionnée de lecture et de protection de l’environnement, elle aime aussi défendre de vive voix l’égalité entre les femmes et les hommes. Ses paires la décrivent comme une femme avec beaucoup d’entregent et de leadership. Elle est perçue comme une fonceuse, mais surtout comme une personne avec le cœur sur la main. Ses qualités la mèneront vers l’aspect du métier dont elle rêve soit le journalisme d’enquête.

À voir aussi

Des sans-abri trouvent refuge dans les commerces

Si les employés de la bibliothèque de Chicoutimi font parfois face à des situations problématiques …