Florence Lapointe, l’étoile montante du volley

265
0
Partagez :

 

La jeune Florence Lapointe évolue dans l’équipe de volleyball des Gaillards au Cégep de Jonquière.
(Photo : Sibylle Beaunée)

 

Considérée comme l’une des meilleures athlètes en volleyball du pays, Florence Lapointe a récemment reçu une bourse de 500 $ du Regroupement loisirs et sports Saguenay-Lac-Saint-Jean. Une reconnaissance importante pour la joueuse des Gaillards qui ne manque pas d’impressionner.

Cette récompense pour son parcours exemplaire est un honneur pour elle. « C’est surtout le fait de représenter ma région qui me rend fière. C’est aussi un moyen de montrer aux jeunes filles que tu peux venir de n’importe où et être récompensée dans ce que tu fais », témoigne Florence Lapointe.

Une distinction qui s’ajoute à celle obtenue en avril 2022, quand la Chicoutimienne de 18 ans a été honorée par l’Association canadienne du sport collégial en devenant l’une des 12 meilleures joueuses du pays.

Pour son coach, Daniel Dawson, cette récompense n’est donc pas une surprise.

« Elle joue au mini-volley depuis ses 11 ans, et elle s’est toujours démarquée en travaillant fort et en faisant attention à tous les petits détails. » Une ascension qui pourrait atteindre le niveau professionnel. « Je la vois absolument entamer une carrière professionnelle dans ce sport, elle en est tout à fait capable », affirme-t-il. 

Face à ses frappes puissantes, les adversaires de Florence Lapointe ont du mal à intercepter la balle.
(Photo : Sibylle Beaunée)

 

Une reconnaissance qui a valu des sacrifices

Réussir dans le sport, veut aussi dire mettre de côté certains aspects de la vie courante, ce qui fut le cas pour la joueuse. « J’ai fait beaucoup de sacrifices à cause du volley. Au secondaire je ne pouvais pas trop sortir avec mes amis, je n’avais pas le temps de socialiser. Il m’est aussi arrivé de privilégier le sport aux devoirs. »

Malgré ça, le volleyball a une place trop importante dans la vie de l’étudiante pour arrêter. Florence Lapointe s’est rendu compte de sa dépendance durant la pandémie. « C’était compliqué de continuer le volley à cause des restrictions. C’est là que je me suis aperçue que je ne voyais pas ma vie sans et que je voulais à tout prix continuer. »

Pour l’instant, la volleyeuse évolue avec pour objectif de remporter le championnat provincial en février. Une tâche qui s’annonce à portée de main, étant donné que les Gaillards ont battu la meilleure équipe du classement, les Lynx d’Édouard-Montpetit, le samedi 12 novembre.

La jeune volleyeuse est l’un des meilleurs espoirs des Gaillards
(Photo : Sibylle Beaunée )

Partagez :
Avatar photo