Les conducteurs d’autobus veulent de meilleures conditions

201
0
Partagez :

Les conducteurs d’autobus de la province réclament un meilleur salaire et de meilleures conditions de travail au gouvernement Couillard. Dans le cadre de la «virée jaune», une centaine d’autobus ont déambulé lundi sur les grandes artères routières de Chicoutimi, Jonquière et Alma afin de sensibiliser la population et de solliciter son appui. 

Les chauffeurs d’autobus ont présentement un taux horaire de 17 $. Ils réclament une augmentation qui leur permettrait d’atteindre 20 $ de l’heure. Ils soutiennent notamment que leur métier est important et qu’il comporte d’importantes responsabilités afin d’assurer la sécurité des jeunes.

Engelbert Cottenoir

«Ce n’est pas normal que les conducteurs de véhicules scolaires aient un taux horaire inférieur de huit dollars à ceux qui ramassent les poubelles», a mentionné le président du conseil central du Saguenay—Lac-Saint-Jean de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Engelbert Cottenoir.

Les syndicats demandent au gouvernement provincial une augmentation du financement budgétaire accordée aux commissions scolaires pour le secteur du transport scolaire.

Recrutement difficile 

Le recrutement est difficile chez les jeunes. Le métier n’est pas très alléchant auprès de ces derniers, qui ont souvent de la difficulté à se bâtir un avenir solide avec les conditions actuelles du métier. Pour faire du remplacement, il faut donc souvent faire à des retraités, qui se font souvent rares.

Michel Gauthier

«Il faut que le gouvernement mette ses culottes», a affirmé le président du Syndicat national du transport écolier du Saguenay—Lac-Saint-Jean, Michel Gauthier, dans le stationnement du Centre Georges-Vézina, tout juste avant le départ de la manifestation organisée par la CSN.

Au total, la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean compte plus de 250 autobus sur son territoire.

Partagez :