Une première biographie pour André Bouthillier

Dans son récit André Bouthillier fait un retour sur ses 50 années de carrière dans son récit Le goût du risque. Son livre retrace les plus grands moments de sa vie, qu’il aura passé dans les domaines du journalisme, de la politique et des relations publiques. Trois sphères de sa vie qu’il considère aussi significatives les unes que les autres.

Les 312 pages de la biographie professionnelle de M. Bouthillier racontent ses premières expériences en tant que jeune journaliste, en allant jusqu’à sa participation à la politique au sein du cabinet de M. Legault. « J’ai toujours souhaité participer à l’évolution du Québec et grâce à mes choix de carrière, j’ai pu le faire dans les trois grands domaines de ma vie », explique M. Bouthillier.

C’est en fouillant dans ses archives pendant la pandémie, que l’idée d’écrire son histoire est venue pour M. Bouthillier. L’isolement lui aura permis de retrouver ses plus vieux dossiers comme ceux de la crise d’Oka, la couverture des Jeux Olympiques et ses premières nouvelles sportives, alors qu’il était encore étudiant. Après avoir travaillé aux sports, en économie, en actualité générale et en politique, il se rend vite compte que son parcours pourrait en inspirer plusieurs à prendre des risques. « Dans le métier, il y a des risques importants à prendre lorsqu’on veut survivre », affirme-il, en faisant référence au titre de son histoire, Le goût du risque lancé récemment aux éditions Somme toute, du Devoir.

M. Bouthillier présente son histoire professionnelle, avec l’objectif de montrer aux autres qu’il faut toujours essayer de se dépasser.

Très jeune, M. Bouthillier savait qu’il voulait jouer un rôle à part dans la société. En voyant son père, lui-même dans les médias, il à rapidement développé un goût pour raconter des histoires afin de « faire avancer les choses ». L’ancien journaliste considère que son année d’études à Jonquière en presse écrite en 1972 aura été le tremplin vers la vraie vie, un saut qu’il qualifie comme « déterminant » pour sa carrière. Ses études et sa passion pour le métier l’auront mené vers Montréal Matin, Radio-Canada et le Devoir, des années qu’il considère très enrichissantes.

Alors qu’il célèbre ses cinquante années de travail dans le vaste monde des communications, M. Bouthillier ne souhaite pas s’arrêter là. Même si son histoire vient d’être publié, il exprime déjà le désir d’en écrire une autre. « Je ne sais pas encore de quoi je vais parler mais je sais que je veux encourager les gens à prendre des risques et à se dépasser. Surtout les jeunes qui souhaitent réaliser de grandes choses », confie-t-il.

À propos de Corinne Krusa

Avatar photo
Originaire de Québec, Corinne Krusa rêvait dès son plus jeune âge, d’être devant la caméra. Elle a pris part à de nombreuses comédies musicales pendant son adolescence et son affection pour les arts n’a fait que grandir depuis. Aujourd’hui, cette fibre artistique vibre toujours en elle, et elle se transmet à travers ses écrits journalistiques. Elle ne se gêne pas pour sortir et crier à l'injustice quand une cause lui tient à cœur, ce qui explique son intérêt pour le monde juridique et les enquêtes. Corinne aspire à poursuivre ses études en droit pour pousser ses connaissances et éclaircir quelques mystères non-résolus. C’est une jeune femme inspirante, brillante et passionnée. Elle est dotée d’une sincérité incomparable, qualité primordiale pour le métier de journaliste. Elle s’est impliquée dans La Cerise, un webmagazine étudiant, le journalisme n’est donc pas chose nouvelle pour Corinne. Elle a beaucoup retiré de cette expérience et est maintenant prête à s’attaquer au monde des médias. Retenez bien son nom, car vous n’aurez pas fini de l'entendre.

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …