Diminuer les allergies à un jeune âge

272
0
Partagez :

Le Dr Ben-Soshan mentionne que l’exposition aux différents allergènes à un jeune âge ne va pas diminuer toutes les allergies, mais va tout de même apporter une certaine amélioration.

 

Les allergies alimentaires et cutanées ont grandement augmenté en 20 ans chez les jeunes enfants dû à la surprévention que font les parents selon l’allergologue Dr Ben-Soshan. Un facteur qui est possible de diminuer en exposant les jeunes bambins rapidement aux différents allergènes. 

Le Dr Ben-Soshan rapporte que dans les pays où le beurre d’arachide est donné à l’enfant à partir de 6mois, il y a environ 10 fois moins d’allergies à cet aliment recensé si on les compare aux pays où les parents attendent que leur bambin ait un an.  

L’allergologue rapporte que lors de la première année de vie, le système immunitaire est encore très malléable. Il est donc important d’exposer le poupon aux différents allergènes de manière continu. Sinon, le corps peut oublier l’existence de l’aliment et le voir comme une menace.   

Dr Ben-Soshan rappelle que l’immunothérapie orale pour les tout petits qui sont déjà allergiques peut être une méthode qui va diminuer les effets néfastes. Cependant, ce n’est pas conseillé pour les fortes allergies et il faut consulter un allergologue avant de se lancer. 

Le professionnel mentionne que certains parents aseptisent trop l’entourage de leurs bambins, ce qui ne permet pas à leur système immunitaire d’assimiler les produits avant qu’ils soient trop vieux. « On pense qu’on protège l’enfant, mais c’est le contraire. On introduit le beurre d’arachide trop tard pour le système immunitaire. » 

Certaines personnes ayant plusieurs allergies vont jusqu’à dire qu’il ne faut pas tenter de trop contrôler ce que l’entourage d’une personne allergique mange. C’est le cas du concepteur en génie électrique, Maxime Savard, qui considère ses allergies comme sa responsabilité. L’homme originaire du Saguenay est allergique aux arachides, aux noix, au sésame et au tournesol. 

 « L’impact est plus grand sur les gens que je côtoie que moi, vu que moi je n’ai jamais connu ça », mentionne M. Savard, qui ne s’est jamais senti limité par ses allergies lors de son enfance. 

« Je pense que c’est important aux gens qui ont des allergies de gérer sa propre vie et non celle autour de lui », avoue-t-il, n’aimant pas trop ceux qui tentent de contrôler tout ce que le monde dans leur entourage mange.  

Partagez :
Avatar photo