Théâtre La Rubrique présente Ogre | Dimension et égo surdimensionnés

198
0
Partagez :

La plus récente mise en scène du créateur de l’année au Saguenay-Lac-Saint-Jean, Dany Lefrançois, a ravi près d’une centaine de personnes, samedi soir au Théâtre La Rubrique. Mélange de réalité et fiction, cette caricature de la société égocentrique dans laquelle nous vivons n’a laissé personne indifférent.

La marionnette format géant est tenue par trois marionnettiste. Photo: Patrick Simard

L’égocentrisme, voilà le thème de cette pièce du Chicoutimien Larry Tremblay. Quoi de mieux placé qu’une marionnette en quête d’identité, aux dimensions surréelles, pour imager le désir de l’homme d’être au centre de tout.

Après que la salle ait été plongée dans le noir pendant quelques minutes, voilà enfin une silhouette à l’horizon. Une grosse, très grosse et corpulente silhouette de dos. L’Ogre veut tellement d’attention qu’il admire sa piteuse corpulence épaissie par énormément de gras. Il s’imagine être au centre d’une téléréalité dans laquelle tout le monde l’acclame. À travers inceste et humiliation, Ogre fait tout en son pouvoir pour rabaisser ce qui l’entoure afin de pouvoir triompher de tout.

D’un bout à l’autre

Si la présence sur scène du narrateur des plus sombres pensées de l’Ogre peut être à priori quelque peu dérangeante, elle vient à se faire oublier et même apporter un plus à l’histoire. Oui, la marionnette est un Ogre, mais celui qui raconte l’histoire est un être humain, puisqu’après tout, tout être humain pourrait se reconnaitre dans l’Ogre. C’est donc pendant 1h10 minutes qu’Éric Chalifour nous envoûte de A à Z dans un long monologue des plus tristes désirs de l’Ogre.

Le tout se termine alors que M. Chalifour devient l’image humaine de l’Ogre au moment où il doit aller en ondes d’ici quelques minutes. S’il a cherché l’attention tout au long de l’histoire, le voici pensif devant toute l’attention qu’il reçoit. De quoi pourrait-il parler? «Des souvenirs? Des anecdotes? Des opinions?» Que fera-t-il afin de trouver son identité et attirer l’attention?

Soulignons aussi l’extraordinaire travail physique des trois marionnettistes qui font vivre Ogre tout au long du spectacle, chapeau!

Il reste encore quelques représentations de la pièce Ogre les 21, 22 et 23 novembre au Théâtre La Rubrique.

Partagez :