Jacinthe Vaillancourt présente son plan de lutte contre la crise du logement

340
0
Partagez :

Si elle est élue à la mairie de Saguenay le 7 novembre, Jacinthe Vaillancourt promet d’aller en appel d’offres pour construire des logements sur 10 terrains vacants appartenant à la Ville. 

Mardi après-midi, lors d’une conférence de presse visant à présenter sa stratégie pour lutter contre la crise du logement, la femme d’affaires a affirmé vouloir « supporter la mise en place de nouvelles coopératives d’habitation ». 

Son plan comprend aussi de mettre un frein à l’étalement urbain via une « révision du plan d’aménagement », la réaffectation du patrimoine existant en services communautaires et la construction de minimaisons ainsi que de bâtiments autosuffisants, si possible. 

Pour le centre-ville de Chicoutimi, la candidate souhaite « embellir la vie des citoyens » avec un plan d’urbanisme bonifiant le nombre de travailleurs de rue, qui mise également sur la propreté et le déneigement des stationnements ainsi que des trottoirs en hiver. « Ça ne paraît pas, mais ça influence les gens », avance-t-elle.

Jacinthe Vaillancourt se présente comme ayant un « regard nouveau » sur la politique municipale à Saguenay.

Reconnaissant d’ailleurs que la région fait face à une crise démographique, Mme Vaillancourt estime que la solution pour augmenter la population locale passe par la jeunesse. Elle en a profité pour envoyer une flèche à la favorite des sondages, Julie Dufour. 

« On a beau dire qu’on veut attirer 10 000 personnes en 10 ans, pas besoin d’aller courir ailleurs. On a 2 200 étudiants internationaux qui fréquentent nos institutions d’enseignement supérieur. On a un problème de rétention des finissants qu’il faut régler. » 

La femme de 69 ans ajoute que comme mairesse, elle intègrerait « un plan d’immigration durable et ciblé » à Saguenay, en fonction des besoins chez la main-d’œuvre. 

Consciente qu’elle est arrivée dans la course à la mairie sur le tard, Jacinthe Vaillancourt ne se décourage pas. Ayant seulement obtenu 3,3 % des intentions de vote selon le plus récent sondage de la firme Segma Recherche, elle désire continuer à faire valoir ses idées. 

« J’ai tout à gagner là-dedans. Plus on me connaît, plus on me comprend, plus on me fait confiance. De mon point de vue, je suis en train de brouiller les cartes. Certaines personnes avaient quatre ans pour accomplir ce qu’elles ont promis de faire. Moi, je sens que j’ai la force de relever ce défi. Quand je promets quelque chose, je le fais. »

Partagez :