Les Deux tours offrira un service de traiteur

241
0
Partagez :

L’Auberge Les deux tours compte offrir bientôt à sa clientèle un service de traiteur haut de gamme sur place et à domicile. Le chef nouvellement engagé, Frédéric Poirier, s’occupera du projet. 

De gauche à droite : Lise Laberge, Daniel Bolduc et le chef Frédéric Poirier. Ce trio pilotera dorénavant l’auberge. Photo : Olivier Joly

Moins de deux semaines après son arrivée au Québec du chef français aura la possibilité d’offrir de la fine cuisine de chez lui aux client.e.s de l’auberge. Il aura d’ailleurs l’opportunité de faire une bonne première impression avec le menu qui sera offert lors de la Saint-Valentin.  

Le gastronome français a déjà l’expérience du service de traiteur haut de gamme, lui qui a travaillé dans le domaine dans son pays natal. Cette fois-ci, il aura l’opportunité de charmer la clientèle saguenéenne pendant un minimum de deux ans, durée de son permis de travail. 

La co-propriétaire, Lise Laberge, mentionne qu’elle ne s’inquiète pas outre-mesure de la réceptivité de la population quant au changement de menu effectué dans le but d’intégrer les aliments français. « Par exemple, la fondue, est bien appréciée. Elle va rester sur le menu », ajoute-t-elle. De son côté, l’autre co-propriétaire, Daniel Bolduc, indique répondre à une demande du public avec le service de traiteur. La population devrait donc être au rendez-vous. 

Pour sa part, le chef compte explorer petit à petit le terroir de la région, comme le fromage notamment, afin de l’intégrer peu à peu au menu.

Des bouchées toutes droits sortis de France ont été offertes aux membres de médias présents, offrant ainsi un aperçu du menu qu’il compte instaurer. Photo : Olivier Joly

Une nouvelle qui réjouit 

Le conseiller du district 4, Kevin Armstrong et le responsable de bureau et des communications de Yannick Gagnon, Pierre-Luc Desbiens, étaient présents pour l’annonce et la dégustation. Le conseiller a mentionné se réjouir de la nouvelle, qui s’inscrit dans la vision de développer le centre-ville. 

Une acclimatation déjà bien entamée 

Arrivés au pays le 31 janvier, Frédéric Poirier, sa femme et ses deux filles ont rapidement dû affronter l’hiver aride de la région. Le chef dit cependant bien se familiariser avec la région. « Je suis déjà en mesure de me rappeler du trajet entre chez moi et l’auberge », confirme-t-il à la blague, chemin qu’il fera souvent maintenant. Pour leur part, ses deux filles ont déjà débuté l’école au Québec, se faisant « déjà plein de copines ». 

Partagez :
Avatar photo