Stationnement à étages : les citoyens s’opposent à nouveau

248
0
Partagez :

La Commission municipale du Québec (CMQ) a entendu les citoyens de Saguenay qui s’opposent au projet de stationnement à étages à proximité du CIUSSS mercredi matin, à l’hôtel de ville de Saguenay.

L’audience publique se tient devant la Commission municipale du Québec, à l’hôtel de ville mercredi et jeudi (Photo : Jeanne Trépanier).

 

Le groupe de citoyens représenté par l’avocat Yves Laperrière dénonce l’obstruction de la vue que causerait la construction d’un stationnement de trois étages et de 61 mètres de hauteur sur la rivière Saguenay et les monts Valin.

Le stationnement à étages affecterait la portée visuelle sur Saguenay près de l’hôpital de Chicoutimi (Photo : Jeanne Trépanier).

 

« On affecte de façon importante la portée visuelle et on affecte de façon très importante le fameux parc de l’hôpital et encore la création d’un parc de prestige, tout ça étant prévu dans le plan d’urbanisme de la Ville », explique M. Laperrière.

 

Demandes de changement

Une pétition amassant plus de 1500 signatures avait été déposée à la Ville de Saguenay afin de bloquer le projet, plainte qui dénonçait un avis de non-conformité au règlement d’urbanisme de Saguenay. « Après la première décision de la commission municipale du 3 octobre, la Ville a passé un nouveau règlement et on conteste ce règlement-là, donc on se devait de revenir devant la commission municipale, ce pour quoi nous sommes ici aujourd’hui », ajoute l’avocat membre du comité citoyen.

Les citoyens expliquent ne pas être en désaccord avec le projet, mais souhaitent apporter des modifications aux esquisses présentées. On réclame notamment l’aménagement d’un toit vert et la baisse de la hauteur du stationnement à 57 mètres, en creusant davantage dans le sol afin qu’une partie du premier étage soit enfoui.

Le projet de stationnement étagé cause encore des remous dans la région (Photo : Courtoisie).

 

Certains opposants aux projets ont eu l’occasion de se faire entendre. « Je suis ici à titre de monsieur Tout-le-Monde,  de citoyen », explique l’ancien architecte Christian Côté, qui n’a pas voulu témoigner en tant qu’expert. « Pour pouvoir admirer la vue, il ne faut pas voir que des voitures. On veut aussi voir des arbres pour apprécier le paysage derrière. La conclusion, c’est qu’il faut abaisser le stationnement à 57 mètres ; c’est un minimum ».

L’audience se poursuit jeudi matin devant la juge Sandra Bilodeau de la Commission municipale du Québec.

 

 

Partagez :