Une passion pour le curling de père en fils

476
0
Partagez :

L’équipe de curling a choisi qu’il y aurait deux capitaines (Photo Jasmine Jacques)

L’entraîneur-chef de l’équipe de curling de Salaberry-de-Valleyfield, Louis Berthiaume, entraîne son fils depuis son jeune âge. 

L’équipe de la Montérégie compétitionnera aux Jeux Olympiques spéciaux d’hiver dans diverses disciplines à Saguenay du 2 au 5 mars 2023. Une certaine fébrilité se faisait ressentir. Les athlètes était confiants.

Malgré son handicap, Louis-Philippe Berthiaume a commencé dès son jeune âge à pratiquer plusieurs sports. Ce dernier a fait entre autres de l’athlétisme et il a joué à la balle molle.

« Je l’ai toujours encouragé ! Je trouve ça merveilleux que mon enfant atteint de la trisomie 21 soit capable de jouer au curling et de faire des sports quand même pas évidents au niveau de l’équilibre », a affirmé son père émerveillé.

Louis-Philippe Berthiaume, pratique le curling depuis 23 ans. Il adore jouer avec ses coéquipiers.

« C’est mon père qui m’a transmis sa passion du curling et qui m’a tout appris. Je veux toujours bien faire parce que je sais que mon père me regarde. J’aime ça on est proche », a-t-il déclaré avec le sourire aux lèvres.

Équité

« D’habitude il y a juste un capitaine, mais pour pas avoir de favoritisme, on est deux. C’est stressant aussi parce que le skip joue en dernier. Tu veux essayer de tout dégager pis rentrer tes dernières pierres », a souligné le second capitaine, Maxime Mongrain.

L’esprit d’équipe est au cœur de chaque équipe. Plusieurs athlètes se côtoient à l’extérieur des pratiques. Des amitiés se sont formées au fil du temps.

« Ça fait environ 25 ans que je m’occupe du curling et c’est très valorisant de suivre une équipe comme ça. Le curling les réunit. L’entraide est très importante. Les Jeux Olympiques spéciaux, pour eux, qu’ils gagnent ou qu’ils perdent, je leur rappelle toujours que l’important c’est qu’ils soient fiers d’eux après leur performance et que l’important c’est de participer », a souligné l’entraîneur-chef, Louis Berthiaume.

Les équipes sportives se faisaient évaluer sur la glace à tour de rôle jeudi matin. Les juges prenaient des notes. L’évaluation servait à déterminer quelle équipe s’affronterait en après-midi, histoire d’avoir une certaine équité concernant les performances.

 

Partagez :