E. coli : un Jonquiérois affirme avoir contracté la bactérie

176
0
Partagez :

Un Jonquiérois affirme avoir contracté la bactérie E. coli après avoir consommé de l’eau provenant du réseau d’eau potable de la Ville de Saguenay. (Photo : Victor Carré)

Un Jonquiérois assure avoir reçu un diagnostic d’infection à la bactérie E. Coli à la suite de l’avis d’ébullition en août dernier. D’autres citoyens affirment avoir ressenti les principaux symptômes de l’infection, soit des crampes abdominales et de la diarrhée.

Michel, dont l’identité a été changée pour conserver son anonymat, habite à Jonquière depuis de nombreuses années. Dans une nuit du mois d’août, il a pris un verre d’eau provenant du robinet. Il n’était alors pas encore au courant qu’un avis d’ébullition avait été émis par la Ville en raison de la détection de la bactérie E. coli dans le réseau d’aqueduc municipal de Jonquière.

Ce n’est que quelques jours plus tard que des symptômes apparents d’intoxication à la E. coli ont été observés par Michel. « C’est lorsque j’ai constaté que j’avais du sang dans mes selles que j’ai commencé à avoir peur », affirme-t-il. C’est ce signe qui l’a conduit à l’urgence de l’Hôpital de La Baie, pensant à ce moment avoir un ulcère.

« La docteure m’a demandé si j’avais bu de l’eau de Jonquière dans les derniers jours. J’ai répondu que oui », rapporte-t-il. Après avoir réalisé des tests, Michel affirme avoir appris qu’il avait contracté la bactérie E. coli. « Pour être bien sûr, le médecin a consulté un confrère de l’extérieur de la région pour contre-vérifier les résultats », explique-t-il.

Le Jonquiérois s’est déplacé du côté de l’Hôpital de La Baie dans la journée du 14 septembre pour comprendre ce qu’il avait. (Photo : Victor Carré)

Aucun cas déclaré

En date du 3 octobre, le CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean n’avait pour sa part aucun cas d’infection à la E. coli déclaré dans ses établissements depuis le dernier mois. « S’il y avait eu un cas détecté par un laboratoire de Montréal ou de Québec, ils auraient avisé le Centre Intégré concerné. De notre côté, on n’a rien eu dans les derniers jours », mentionne le médecin-conseil pour la Direction régionale de la santé publique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Jean-François Betala Belinga.

Dr Betala Belinga ajoute que cette bactérie ne se transmet pas seulement que dans l’eau, mais aussi par d’autres façons, comme la nourriture.

D’autres cas ?

Selon Michel, il ne serait pas le seul à avoir connu des ennuis de santé dans la période de l’avis d’ébullition. Quand il s’est présenté à la pharmacie pour obtenir les médicaments prescrits par le médecin, le pharmacien aurait dit qu’il n’était pas le premier à venir le consulter pour des symptômes semblables.

À la suite d’un appel lancé par La Pige sur les réseaux sociaux, plusieurs personnes et des propriétaires d’animaux de compagnie ont affirmé avoir eu des symptômes s’apparentant à la E. coli après avoir consommé de l’eau dans les jours suivant l’avis d’ébullition. Ces derniers n’auraient toutefois pas consulté d’hôpitaux de la région pour y être traités.

Notons que la Ville de Saguenay a émis d’autres avis d’ébullition pour le secteur de Jonquière depuis août, dont le dernier remonte au 2 octobre dans le secteur du boulevard du Royaume et de la rue Saint-Henri.

Partagez :
Avatar photo